Crise des opiacés : Walmart verse une grosse somme d’argent à l’Etat américain pour solder ses poursuites

L’entreprise a préféré mettre la main à la poche plutôt que de s’embourber dans des procédures judiciaires. La chaîne américaine de supermarchés Walmart a annoncé mardi qu’elle allait verser 3,1 milliards de dollars aux Etats-Unis pour solder des poursuites engagées par des Etats et des collectivités pour son rôle dans la crise des opiacés dans ce pays.

Comme les chaînes de pharmacies CVS et Walgreens, qui ont accepté début novembre de payer chacune 5 milliards de dollars dans des accords similaires, Walmart est accusé d’avoir distribué massivement des antidouleurs aux opiacés sans alerter sur le nombre élevé de prescriptions.

« Des pharmacies telles que Walmart ont joué un rôle indéniable dans la perpétuation de la destruction provoquée par les opiacés », a commenté la procureure générale de New York, Letitia James, dans un communiqué séparé. La surprescription d’opiacés, qui a débuté à la fin des années 1990, a conduit à une crise qui a fait plus de 500.000 morts en vingt ans.

Walmart conteste son rôle dans la crise

Même si la tendance s’est inversée depuis 2016, ces médicaments ont créé des dépendances et poussé certains patients à se tourner vers des drogues comme l’héroïne et le fentanyl. Walmart conteste les accusations sur son rôle dans cette crise et souligne que l’accord n’inclut aucune admission de responsabilité.

En plus de l’argent versé, l’entreprise s’est engagée à mieux surveiller les prescriptions pour éviter les fraudes et les ordonnances suspicieuses.