Crise de l’énergie : Les stocks de gaz français sont à 80 % des capacités et vont devoir être « un peu » vidés

C’est du jamais vu. Alors que l’arrêt des livraisons de gaz russe faisait planer une pénurie en France, le pays s’en sort finalement bien mieux que prévu. Ses stocks de gaz n’ont jamais été aussi pleins, et devront être « un peu » vidés dans les prochaines semaines pour respecter des « contraintes techniques » habituelles dans ces infrastructures, a indiqué mercredi le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz.

Le niveau des stocks atteignait le 15 janvier 80 % des capacités, bien au-delà de la moyenne de 55 % observée sur les six dernières années à la même époque, signale le gestionnaire dans son actualisation des « perspectives gazières » pour l’hiver publiée sur son site Internet. Le niveau des stockages est tel aujourd’hui qu’ils ont besoin de « respirer », c’est-à-dire d’avoir du mouvement sortant et entrant. « Il va donc falloir les vider un peu », a résumé auprès de l’AFP Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz. Leur niveau atteint 106 TWh, soit près du quart du gaz consommé en France en 2021 (474 TWh).

De 80 % à 60 %

« Les contraintes techniques des stockages français leur imposent (…) « une respiration » pour conserver leurs performances pour les hivers à venir. Une baisse significative du niveau de remplissage est donc à prévoir dans les semaines à venir pour respecter cette contrainte », explique GRTgaz dans sa note. Les stocks pourraient alors descendre à un niveau plus proche de 60 %, « c’est une baisse significative, mais qui a lieu tous les ans », selon Thierry Trouvé.

« Les fournisseurs de gaz qui réservent des capacités de stockage ont un niveau maximum de quantité de gaz à ne pas dépasser à une certaine date, donc il faut qu’ils prennent leurs dispositions pour les vider suffisamment », a-t-il précisé. « On peut s’attendre, dans les prochaines semaines, qu’ils en sortent un peu plus des stockages et qu’ils en fassent venir un peu moins », a ajouté le directeur général.

En France, le gaz naturel est principalement stocké dans des nappes aquifères, une couche perméable de sous-sol imbibée d’eau. Or ce type de stockage a besoin de se vider et de se reremplir régulièrement pour maintenir de bonnes performances techniques au gaz, notamment en matière de débit.