Crash Rio-Paris : 13 ans après l’accident, Airbus et Air France devant la justice à l’automne

L’accident avait fait 228 morts. Plus de treize ans après le crash du Rio-Paris, Airbus et Air France vont être jugés. Le procès pour « homicides involontaires » du constructeur européen et de la compagnie aérienne se déroulera à l’automne prochain à Paris.

Il se tiendra devant le tribunal correctionnel de Paris durant neuf semaines, du 10 octobre au 8 décembre, selon des informations obtenues par l’AFP ce jeudi, confirmant une information de Var-Matin.

Non-lieu annulé

Après plus de dix ans de procédure et un revirement de la justice française qui avait dans un premier temps prononcé un non-lieu, la compagnie et l’avionneur avaient formé des pourvois en cassation contre leur renvoi en correctionnelle. Mais la Cour de cassation a jugé leurs recours irrecevables en août dernier, confirmant définitivement la tenue d’un procès.

« Treize années ont été nécessaires pour obtenir enfin qu’un procès se tienne. Un parcours d’angoisse, d’espoirs, de déceptions que nous, association, avons mené sans défaillir », a réagi la présidente de l’association Entraide et Solidarité AF447, Danièle Lamy.

Sanctionner les « négligences coupables »

« Enfin, nous sommes en droit d’espérer qu’un procès juste et équitable contre Airbus et Air France à partir d’octobre 2022 sanctionne les négligences coupables et les défaillances de la sécurité aérienne qui ont conduit à cette tragédie : 228 victimes attendent que justice leur soit rendue », a-t-elle ajouté.

« Les familles des victimes attendent avec impatience l’ouverture de ce procès afin d’avoir enfin la possibilité d’interroger les différents experts et surtout la société Airbus et la compagnie Air France », s’est réjoui auprès de l’AFP un avocat de parties civiles, Me Sébastien Busy.

Air France nie toute « faute pénale »

« La compagnie Air France continuera à démontrer, désormais devant le tribunal correctionnel, qu'[elle] n’a pas commis de faute pénale à l’origine de cet accident », a réagi la société auprès de l’AFP.

« Air France renouvelle sa confiance à l’ensemble de ses pilotes et de son personnel navigant, et rappelle que la sécurité de ses clients et de ses personnels est son impératif absolu. La compagnie gardera en mémoire le souvenir des victimes de ce terrible accident », a-t-elle ajouté.

Le retour des boîtes noires

Le vol AF447 reliant Rio de Janeiro à Paris s’était abîmé au milieu de l’Atlantique le 1er juin 2009. Les pilotes avaient été désorientés par une défaillance technique en pleine zone météorologique instable du « pot au noir ».

Ils n’étaient pas parvenus à rattraper le décrochage de l’A330, entraînant la mort des 216 passagers et 12 membres d’équipage. L’épave et les boîtes noires avaient été retrouvées deux ans plus tard, à près de 4.000 m de fond.