Covid-19 : Taïwan offre son aide à Pékin face à la résurgence des cas

La présidente taïwanaise a proposé son aide à Pékin avec la recrudescence des infections au Covid en Chine continentale.

Dans une allocution aux accents pacifiques, la présidente Tsai Ing-wen a déclaré que les Taïwanais étaient « prêts à fournir l’aide nécessaire sur la base de préoccupations humanitaires » à Pékin, « du moment qu’il y a un besoin ».

L’île démocratique de Taïwan de 24 millions d’habitants vit pourtant sous la menace constante d’une invasion de la Chine qui la considère comme une partie de son territoire à reconquérir un jour, et si nécessaire par la force.

La présidente a ajouté qu’elle espérait que l’aide taïwanaise pourrait « aider davantage de personnes à sortir de la pandémie et à passer un Nouvel An sain et sauf ».

Epidémie et pression militaire

La Chine est confrontée à une explosion des cas de Covid-19 après avoir abandonné brusquement le mois dernier sa politique stricte du « zéro-Covid », trois ans après l’apparition du coronavirus dans la ville de Wuhan.

Dans son discours télévisé du Nouvel An, samedi, le président chinois Xi Jinping a déclaré que la « lumière de l’espoir est devant nous », la prévention et le contrôle des épidémies entrant dans « une nouvelle phase ».

Mais Xi Jinping a également affirmé, dans un autre discours vendredi, que Pékin avait « combattu résolument les tentatives des séparatistes visant à obtenir l’indépendance de Taïwan et l’intervention de forces extérieures dans cette perspective ».

Les relations entre Taïwan et la Chine se sont détériorées en 2022, Pékin accentuant la pression militaire, diplomatique et économique sur l’île autonome. En août, Pékin avait organisé des exercices militaires massifs près de l’île pour protester contre une visite à Taipei de l’Américaine Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants.

La guerre n’est pas une option

Dans son discours traditionnel du Nouvel An, dimanche,  Tsai Ing-wen estimé que les activités militaires chinoises autour de Taïwan n’étaient « d’aucun secours » pour maintenir des relations entre les deux parties.

« La guerre n’a jamais été une option pour résoudre les problèmes. Seuls le dialogue, la coopération et l’objectif commun de promouvoir la stabilité et le développement de la région peuvent permettre à davantage de personnes de se sentir en sécurité et heureuses », a-t-elle déclaré.

Une mission commune pour Taïwan et la Chine en 2023 est de « rétablir des échanges sains et durables post-pandémie entre les populations des deux côtés » du détroit de Taïwan, a ajouté la présidente taïwanaise.

« Nous avons également le devoir commun de maintenir la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan et dans la région », a-t-elle plaidé.