Covid-19 : Le variant « américain » XBB.1.5 dominant en Europe dans les prochaines semaines

Comme pour la Chine, l’Europe va-t-elle fermer ses aéroports aux avions américains ? Le sous-variant très contagieux d’Omicron XBB.1.5, qui se propage rapidement dans les cas de Covid-19 aux Etats-Unis, risque en effet de devenir dominant en Europe d’ici un mois ou deux, a estimé ce vendredi l’agence européenne chargée des épidémies. Alors qu’il n’était responsable que 2,5 % des cas aux Etats-Unis fin 2022, XBB.1.5 représente désormais 27 % des contaminations, signe de sa très forte progression par rapport aux autres variants.

Ce sous-variant, qui a été détecté pour la première fois aux États-Unis en octobre et qui est le vecteur le plus contagieux du nouveau coronavirus à ce jour, représente un risque « faible pour la population dans son ensemble », selon la dernière évaluation publiée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Ce risque est toutefois « modéré à élevé » pour « les personnes vulnérables, comme les personnes âgées, non vaccinées ou immunodéprimées », selon l’agence européenne basée à Stockholm.

Pas plus grave que les autres variants, mais plus contagieux

Pour l’ECDC, « de nombreuses zones d’ombre existent avec XBB.1.5 et cette évaluation pourrait changer dans les prochaines semaines ». « Les modèles mathématiques de l’ECDC indiquent que XBB1.5 pourrait devenir dominant dans l’Union européenne (…) d’ici un à deux mois, du fait du faible nombre de cas actuellement rapportés » sur le continent « et de son rythme de progression ». Selon l’agence épidémique européenne, « il n’y a actuellement pas de signe que la gravité de l’infection par le XBB.1.5 soit différente de celle des autres sous-lignages d’Omicron ».

Au total, 38 pays ont signalé des cas de XBB.1.5, dont 82 % aux États-Unis, 8 % au Royaume-Uni et 2 % au Danemark, a déclaré mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il ressemble beaucoup à son prédécesseur XBB.1, mais présente une mutation supplémentaire de sa protéine spike, la fameuse clé d’entrée du virus, selon les virologues.