Covid-19 en Chine : Le pays renonce à organiser la Coupe d’Asie 2023

La Chine continue de se replier sur elle-même. Confronté à une flambée des contaminations au Covid-19, le pays a déjà annulé ou reporté récemment l’organisation de multiples compétitions sur son sol, en particulier les Jeux asiatiques prévus en septembre à Hangzhou. Ce samedi, il a annoncé qu’il renonçait à l’organisation de la Coupe d’Asie 2023 de football en raison des «circonstances exceptionnelles».

La Coupe d’Asie, qui réunit 24 équipes, devait avoir lieu dans dix villes chinoises en juin-juillet 2023. La Confédération asiatique (AFC), qui a relayé l’information, n’a pas précisé quel serait le nouveau pays organisateur.

Une stratégie qui exaspère les habitants

Largement épargné depuis deux ans, la Chine affronte actuellement sa pire flambée épidémique depuis le printemps 2020. Pour y faire face, elle poursuit sa stratégie «zéro Covid», qui se traduit par des confinements et quarantaines dès l’apparition de quelques cas. Les 25 millions d’habitants de Shanghai sont ainsi confinés depuis début avril. Couplée à la quasi-fermeture des frontières et à une connectivité aérienne internationale réduite, cette politique suscite une exaspération croissante en Chine, mais les dirigeants du Parti Communiste persistent. 

Avant la pandémie, le pays était monté en puissance dans le sport depuis les années 2000, organisant un Grand Prix de Formule 1 à Shanghai, les Jeux olympiques d’été 2008 de Pékin, divers championnats du monde ou tournois de tennis. Mais à l’exception des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver 2022, organisés en février-mars dans une bulle sanitaire, la Chine n’a accueilli aucune grande compétition internationale depuis le début de l’épidémie, afin d’éviter toute flambée épidémique.

Les meetings d’athlétisme de la Ligue de diamant prévus à Shanghai (30 juillet) et Shenzen (6 août), le GP de Shanghai de Formule 1 ou encore les tournois de tennis masculins (ATP) et féminins (WTA) ont ainsi été annulés.