Covid-19 : Des délinquants utilisent des faux tests positifs pour se soustraire à leurs obligations

A l’aune d’une 8e vague de Covid-19, le Service d’information et de renseignement sur la criminalité organisée de la police nationale (Sirasco) alerte sur l’utilisation de faux tests positifs. D’après le Sirasco, certains délinquants utilisent ces imitations afin de se soustraire de leurs obligations judiciaires, expliquent nos confrères du Parisien ce jeudi.

Contre quelques dizaines d’euros, ces justiciables peuvent contourner une convocation ou obtenir une suspension de peine de quelques jours. Le Sirasco a repéré au moins deux cas en trois mois : celui d’un homme sous bracelet électronique pour des faits de meurtre et de tentative de meurtre qui s’était soustrait à une convocation et d’un autre délinquant qui a obtenu une suspension de peine. Les deux faussaires ont été confondus.

Des conseils pour repérer les menteurs

Toutefois, les autorités s’inquiètent que d’autres délinquants ne soient passés à travers les mailles du filet et réclament une vigilance renforcée. Le Sirasco donne quelques conseils aux services concernés afin de vérifier l’authenticité de ces tests positifs en se concentrant par exemple sur l’enregistrement du dépistage dans la base de données de l’Assurance maladie, vérifier le logo et les coordonnées des praticiens ou contacter les laboratoires cités sur le test.

Avec 1.132.300 tests PCR et antigéniques validés entre le 12 et le 18 septembre, l’activité de dépistage est en « forte hausse » de 33 % par rapport à la semaine précédente en France. De quoi donner encore plus de travail aux enquêteurs puisque de plus nombreux justiciables pourraient être amenés à présenter des tests positifs au Covid-19. Qu’ils soient réels ou factices…