Couvre-feu : Ça commence ce vendredi soir, minuit, en Ile-de-France et dans huit grandes métropoles

Devant un bar à Paris, le 6 octobre. — THOMAS COEX / AFP

Neuf de grandes métropoles françaises, dont Paris, vivent ce vendredi leur dernière soirée de liberté avant l’entrée en vigueur samedi d’un couvre-feu. Un total de vingt millions de Français et de Françaises en Ile-de-France et dans les agglomérations de Toulouse, Montpellier, Marseille, Grenoble, Lyon, Saint-Etienne, Lille et Rouen, seront soumises à partir de samedi à un couvre-feu nocturne entre 21 heures et 6 heures pour lutter contre le coronavirus.

« A 21 heures, chacun devra être chez soi », a détaillé jeudi le Premier ministre Jean Castex, « tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés ». Le Premier ministre français a annoncé aussi que « toutes les fêtes privées » se tenant « dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites » sur l’ensemble du territoire, et que tous les restaurants de France devront appliquer un protocole sanitaire renforcé.

Ralentir la propagation du virus

Le gouvernement français tente de ralentir la propagation du virus au moment où le nombre de nouveaux cas de contaminations en vingt-quatre heures dépasse la barre des 30.000 pour la première fois depuis le lancement des tests à grande échelle. Ces nouvelles mesures affectent les restaurateurs, mais aussi les étudiants. Agathe, inscrite en première année de droit à Montpellier, s’attend à « l’annulation de toutes ses soirées de baby-sittings ». « Ça sera autant d’argent en moins pour moi, j’espère que ça ne va pas durer. »

La pandémie de coronavirus a fait près de 1,1 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP vendredi matin. Quelque 38,97 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,6 millions ont été guéris.

Montpellier

Face au couvre-feu, le monde culturel adapte ses horaires

Économie

Le couvre-feu coûterait bien moins cher qu’un reconfinement selon le gouvernement

1 partage