Coupe du monde de la pâtisserie : Le Japon remporte le trophée pour la troisième fois

Les papilles étaient à la fête cette semaine à Chassieu. C’est en effet dans cette commune près de Lyon que le Japon a remporté samedi la Coupe du monde de la pâtisserie, devant la France et l’Italie, lors du Sirha, le grand rendez-vous des professionnels de la restauration et de l’hôtellerie.

Les grandes qualités des pâtissiers japonais sont « l’attention au détail, la persévérance, l’engagement », a souligné le président de la compétition, le célèbre pâtissier-chocolatier Pierre Hermé. Le jury a notamment été séduit par leur dessert à partager autour de la thématique du vent et de la légèreté. Il s’agit de la troisième victoire du Japon depuis la création du concours en 1989, la dernière remontant à 2007.

Déception dans l’équipe française

Dix-sept équipes venues du monde entier – composées chacune d’un chocolatier, d’un expert du sucre et d’un maître glacier – participaient à cette finale organisée sur deux jours. Plus de 50 pays avaient pris part aux processus de sélection. Le président de l’équipe française, Yann Brys, a exprimé sa déception après cette deuxième place. « Ce n’est pas le résultat qu’on souhait (ait) », a-t-il reconnu : « c’est toujours difficile comme place même si c’est une belle place ».

Le prix spécial écoresponsabilité a été attribué au Canada, alors que cette édition était placée sous le thème du changement climatique. Les candidats devaient imaginer leurs créations autour de cette thématique et utiliser des matières premières respectueuses de l’environnement, tandis qu’étaient interdits additifs et colorants. Les candidats avaient dix heures pour préparer 42 desserts de dégustation, dont des « sucettes glacées », et trois pièces artistiques, dont l’une en glace hydrique sculptée.

Les deux dernières éditions avaient été remportées par la Malaisie (2019) et l’Italie (2021). Parmi les vainqueurs des éditions passées, on trouve le Belge Pierre Marcolini (1995) et les Français Christophe Michalak (2002) et Jérôme De Oliveira (2009).