Coupe du monde 2022 : Le gardien iranien Beiranvand victime d’une « grave commotion cérébrale » contre l’Angleterre

Mais pourquoi Alireza Beiranvand est-il resté aussi longtemps sur la pelouse du stade Khalifa International lundi, après un choc impressionnant avec le défenseur Majid Hosseini, dès la 9e minute du match contre l’Angleterre ? Le gardien de la « Team Melli », visiblement K.-O., a attendu dix minutes avant d’être remplacé, non sans avoir tenté, en vain, de poursuivre la partie, finalement perdue par son équipe (6-2) pour son entrée dans la Coupe du monde au Qatar.

« Ce n’était pas clair mais, une minute après, le joueur n’a pas pu continuer », a justifié le sélectionneur portugais Carlos Queiroz en conférence de presse. « Le retard s’est produit parce qu’il y avait un doute entre le nez cassé et la commotion. » Finalement, le verdict est tombé, révélé par Queiroz : Beiranvand « a subi une grave commotion cérébrale ». Le gardien de 30 ans a subi des examens complémentaires dans un hôpital.

Les amateurs de rugby ont longtemps été habitués à une telle légèreté dans la prise en charge des chocs à la tête. Mais, même si tout est encore loin d’être parfait, le protocole commotion dans l’ovalie a été considérablement renforcé, comme on a pu le voir lors du très brutal France – Afrique du Sud, le 12 novembre à Marseille. Si la FIFA pouvait s’en inspirer…