Coupe du monde 2022 : Le brassard arc-en-ciel au placard, le 4-2-3-1 sur la table… Le journal des Bleus

A J-3 du début officiel des hostilités, avec un délicieux Qatar-Equateur au programme, excusez du peu, on est en mesure de vous annoncer que le fumet de la Coupe du monde plane enfin sur Doha. Après un mercredi moins animé dans les rues de la capitale qatari que le salon du tricot porte de Versailles, la journée de jeudi a enfin commencé à ressembler à quelque chose d’un point de vue de l’animation. Ce n’est pas encore Rio 2014 – et ça ne le sera certainement jamais – mais disons que c’était mieux qu’hier et moins bien que demain. Et les Bleus dans tout ça ? On y vient.

Rabiot donne la marche à suivre

La journée a débuté avec une conférence de presse matinale (enfin sur les coups de midi quoi) en présence d’Adrien Rabiot. Souriant et heureux d’être là – au Mondial, pas devant la presse – le milieu de la Juve est revenu sur ce qui avait fait défaut aux Bleus l’an passé à l’Euro et sur les erreurs qu’il ne faudra pas commettre cet hiver. « La chose principale, c’est qu’il faut rester unis, essayer qu’il y ait le moins de choses autour de nous qui pourraient parasiter le groupe. C’est la chose principale pour pouvoir évoluer dans un climat serein, a-t-il prévenu. Sur le terrain, si on est sortis aussi rapidement à l’Euro, c’est forcément qu’il y avait des choses qui n’allaient pas. A nous de les corriger. Mais je pense qu’on a le potentiel pour faire bien mieux qu’à l’Euro. »

Pas de brassard arc-en-ciel pour Lloris…

Nos confrères de L’Equipe ont confirmé ce qu’on avait déjà vu venir gros comme une maison dès le début du rassemblement. Le capitaine des Bleus ne portera pas de brassard arc-en-ciel « One Love », comme il avait un temps été question, pour soutenir la cause LGBT+ dans un pays qui condamne encore l’amour entre deux personnes de même sexe. La raison officielle ? Le silence de la FIFA à une demande par courriel de la FFF, laquelle voulait savoir si elle risquait d’être sanctionné dans le cas où les joueurs décideraient de porter le brassard.

Un prétexte bien confortable et quelque peu facile dans le sens où Hugo Lloris avait averti dès le début du rassemblement, à l’instar de son président Noël Le Graët, qu’il préférait respecter les lois et coutumes en vigueur dans un pays qui l’accueil. A l’inverse des Anglais, qui ont annoncé qu’ils iraient jusqu’au bout pour défendre la cause, sanction ou pas.

Dembouz et un 4-2-3-1 face à l’Australie ?

Si l’entraînement de jeudi était à huis clos, les journalistes de L’Equipe ont évidemment réussi à forcer le verrou d’une manière ou d’une autre puisqu’ils ont annoncé le système de jeu et la compo probable pour le match de mardi face à l’Australie. Alors que Benzema et Varane se sont encore entraînés à part, Didier Deschamps a tout de même effectué une mise en place vendredi soir. En l’état, on pourrait donc partir en 4-2-3-1 avec une charnière Upamecano-Konaté (si Varane n’est pas remis d’ici là) et un quatuor offensif du tonnerre avec Dembélé et Mbappé sur les côtés, Griezmann en meneur de jeu et Giroud (si Benzema etc etc…) en pointe. On valide ? On valide.

Le programme du jour

L’identité des deux joueurs qui se présenteront face à la presse samedi après-midi (17h30 à Doha, 15h30 à Paris) n’est pas encore connue à l’heure où l’on écrit ces li… Ha ben si, attendez, ça vient de tomber les amis ! Si ça c’est pas du timing, on ne s’y connaît pas. Il s’agira donc de la doublette monégasque Axel Disasi et Youssouf Fofana. La suite est classique, entraînement au stade Al Sadd sur les coups de 19 heures.