Coupe du monde 2022 : Comment « Freed From Desire » peut devenir l’hymne gagnant des Bleus du foot après ceux du rugby

Et, dix jours après le début de la Coupe du monde, Hugo Lloris a enfin adressé un message de tolérance : « Ils en veulent plus. Les gens veulent plus de liberté et d’amour. » Des propos profonds, qui vont sûrement changer la face du monde, arrêter la guerre en Ukraine et faire que l’homosexualité ne sera plus passible de prison au Qatar. Si seulement. Car malheureusement, le capitaine de l’équipe de France, habitué à se ranger derrière l’impétueux Noël le Graët, n’avait aucune intention de défendre les personnes opprimées au Qatar, non. Il chantait juste à tue-tête le tube de Gala, Freed From Desire, dans les vestiaires après la victoire face au Danemark, samedi (2-1).

Un tube sorti vingt ans plus tôt repris par l’équipe de France, ça ne vous rappelle rien ? Evidemment, on a tous dans la tête le I Will Survive de Gloria Gaynor, hymne des champions du monde 1998 et de tout un pays, qui était pourtant sorti en 1978. Mais si, « la lala la la lalalalala la lala… » Alors, le titre de la chanteuse italienne, qui a fait fureur en 1996, deviendra-t-il l’hymne de la génération 2022, après la parenthèse Vegedream ? « La musique est arrivée comme ça dans le vestiaire, je ne sais pas d’où ça vient, tempérait Raphaël Varane après le match. On a célébré la qualif’ ensemble, on verra si ça se répète. »

Une chanson qui a tout pour plaire

Il faut dire que Freed From Desire a tout pour séduire. Un rythme entraînant, des paroles simples, pas insultantes, une chanson que tout le monde connaît… Exactement le même modèle que sa glorieuse aînée. « J’ai compris pourquoi c’était la préférée du public : elle est exaltante, inspirante, elle encourage et valorise les gens. C’est un morceau si puissant », nous expliquait Gloria Gaynor en 2018, juste avant le Mondial en Russie.

Bref, tout est fait pour que Griezmann et compagnie deviennent les porte-étendards de cette chanson, même s’il faudrait un peu mieux connaître les paroles. Car, sur la vidéo de la FFF où l’on voit les joueurs s’égosiller, pas mal d’entre eux ont un peu tendance à chanter en yaourt, sûrement à cause du remix instillé dans nos têtes par les supporteurs Nord-Irlandais, lors de l’Euro 2016, et leur fameux Will Grigg’s on fire, your defence is terrified chanté à tous les coins de rue.

Lorie et Emma Daumas y sont allées de leur remix

Et puis, le titre a déjà été repris par les plus grands artistes de la chanson française : Lorie s’y est essayée en 2008, tout comme Emma Daumas (ancienne élève de la « Star Academy »), deux ans plus tard. Pas une franche réussite, en toute honnêteté, mais suffisant pour que l’air de Freed From Desire soit connu et reconnu par des millions d’oreilles en France et traverse le temps sans vraiment vieillir.

A tel point qu’une autre équipe l’a déjà adopté dans son vestiaire pour fêter les victoires : le XV de France de Fabien Galthié. « En fin de saison [2019], avec le RC Toulon, après les matchs, on avait une petite enceinte et on lançait cette chanson, racontait Charles Ollivon à Midi Olympique. Et je l’ai amenée en équipe de France. On saute dans tous les sens, dans le vestiaire, quand on gagne. On l’a fait pour la première fois après France-Angleterre. J’espère que ça restera. »

On veut Gala en tête d’affiche lors de la finale de la Coupe du monde de rugby en France

Et c’est resté. Même plus que ça, un vrai cérémonial a été organisé autour de la chanson de Gala. Freed From Desire a ainsi été intégrée, avec l’accord des principaux intéressés, au show d’après match, lors des victoires, afin que les joueurs célèbrent avec le public, avide de reprendre le « Na-na-na-na-na, na-na, na-na-na, na-na-na ». Lors du Grand Chelem 2022 face à l’Angleterre, en mars, le rythme du feu d’artifice avait même été calé sur Freed From Desire.

Et la principale intéressée, qu’en pense-t-elle de tout ça ? Gala, qui n’a pas (encore) répondu à notre demande d’interview, semble ravie que son titre sorti il y a bientôt trente ans refasse surface et elle n’hésite pas à partager les vidéos des Bleus au Qatar sur ses réseaux sociaux. Après le Grand Chelem des rugbymen, la chanteuse avait même adressé un petit message au XV de France : « Félicitations pour le Grand Chelem, c’était incroyable, à bientôt et allez les Bleus. » Sa présence, le 28 octobre 2023 au Stade de France, pour la finale de la Coupe du monde, serait plutôt bon signe pour la bande d’Antoine Dupont.