Coup de France : « J’aurais préféré prendre 5-0 », peste le coach de Châteaubriant, éliminé par Montpellier

La déception de Clément Milon, le gardien de Châteaubriant. — LOIC VENANCE / AFP
  • En 8e de finale de la Coupe de France, le club de Châteaubriant (N2) est éliminé par Montpellier après une défaite (0-1).
  • Les Voltigeurs ont manqué le coche en première période en manquant quelques belles occasions.
  • Florent Mollet a inscrit le seul but sur un coup franc magnifique.

« Il n’a pas manqué grand-chose. » Un petit rien même. Une déviation de Wandji dès la deuxième minute un peu imprécise, deux tirs de Dafé (9e) et de Fayolle (31e) trop enlevés et une frappe de Vernet pas assez croisée (33e)… Les Voltigeurs de Châteaubriant ont été sortis de la Coupe de France ce mercredi soir en s’inclinant sur la plus petite des marges (1-0) contre Montpellier (Ligue 1).

Au regard de leurs occasions manquées en première période, les amateurs de N2 risquent d’avoir du mal à fermer l’œil cette nuit. Surtout leur coach Papy Leye, intarissable devant la presse pour exprimer son immense « déception ». « Une défaite honorable, je n’aime pas ça. J’aurais préféré prendre 5-0 et être surclassé. La pire des choses, c’est d’avoir des regrets. Là, je suis en face de vous et j’en ai. C’est évident. » La petite déclaration improvisée du maire Alain Hunault n’a pas consolé le coach charismatique des Voltigeurs : « Papy Leye a le niveau Ligue 1 pour le foot, et le niveau européen au niveau humain. »

Châteaubriant n’a concédé quasiment aucune occasion franche

La saison de Châteaubriant s’arrête brutalement car le championnat de N2 ne reprendra pas compte tenu du contexte sanitaire. Les Voltigeurs vont avoir le temps de ruminer ce 8e de finale durant lequel Montpellier a maîtrisé techniquement le ballon sans se créer de véritables occasions… Le but est d’ailleurs venu d’un coup de pied arrêté et pas une action construite. « On fait une faute qu’on peut éviter [faute du très solide 
Wandji sur Delort à 30 m du but], on était pourtant avertis qu’ils étaient forts sur les coups de pied arrêtés, indique Papy Leye. On ne peut pas se permettre ça, c’est regrettable. » « Un petit détail qui amène une erreur qu’on paie cash », selon le défenseur Dan Mukoko. A plus de 30 m quasiment pleine axe, l’Héraultais Florent Mollet a enroulé le ballon et laissé sans réaction le gardien de but Clément Milon. « C’est parti à une vitesse incroyable, bravo à lui », sourit le portier castebriantais, qui s’est fait une frayeur sur une sortie aéreinne ratée (68e).

Sans jamais perdre le fil dans le jeu avec des très bons milieux de terrain comme Fayolle et Dafé, les Voltigeurs ont lancé quelques piques offensives, mais beaucoup moins tranchantes qu’en première période. « J’aurais aimé voir si on avait marqué… », a ressassé Papy Leye en repensant à la première mi-temps. La petite famille rassemblée sur le balcon attenant au stade de la Ville en Bois à huis clos ou les trois ou quatre inconditionnels grimpés sur le toit d’un préfabriqué sans doute aussi.

« C’est de la frustration vu la physionomie du match, observe le capitaine David Vernet. Il fallait être réaliste, on ne l’a pas été, mais on n’a pas à rougir. » « Les gars vont reprendre leur boulot. Je vais reprendre le mien à la mairie. On est fiers de voir la presse nantaise et même la presse nationale ici. On voulait que tout le monde sache que même dans la ruralité, ça bosse bien. » Que Papy Leye se rassure tout le monde l’a vu.

42 partages