Côte d’Azur : Un réseau de prostitution nigérian démantelé en France et en Espagne

Sur les dix « têtes de réseaux » identifiées, huit personnes ont été interpellées « la semaine dernière », six en France et deux en Espagne. Un réseau de prostitutionnigérian, en partie basé sur la Côte d’Azur et qui exploitait plusieurs dizaines de femmes, a été démantelé après plus d’un an d’enquête, a-t-on appris ce mercredi auprès de la police.

Ces cinq hommes et cinq femmes « acheminaient » et « chapeautaient » les victimes ou « récoltaient l’argent pour l’envoyer au Nigeria », a détaillé Elvire Arrighi, cheffe de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH).

Elles « vivaient dans des taudis »

En France, six de ces personnes ont été mises en examen, notamment pour « traite d’êtres humains en bande organisée ». Cinq d’entre elles ont été écrouées, l’autre placée sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une enquête ouverte à Nice.

En tout, plus de trente victimes, des jeunes femmes majeures et originaires du Nigeria, ont été répertoriées. Elles se « prostituaient sur la voie publique à Nice ou à Cannes » et « vivaient dans des taudis », a ajouté Elvire Arrighi.

L’affaire démarre en juin 2020 quand une « victime » dépose plainte à Nice, affirmant être « sous le joug d’un réseau de proxénètes depuis plusieurs années », un réseau qui l’a recrutée au Nigeria. Elle a d’abord été exploitée en Italie, puis a fui vers le sud de la France avant d’être « rattrapée par le réseau à qui elle devait 40.000 euros pour son voyage depuis le Nigeria », a précisé la cheffe de l’OCRTEH.