Corse : Douze personnes placées en garde à vue dans le cadre d’une enquête sur le rachat de la SNCM

Le Parquet national financier a dans le viseur les conditions de rachat de l’ancienne compagnie maritime SNCM qui effectuait les liaisons Corse-Continent. Dans le cadre de cette enquête, douze personnes, dont plusieurs chefs d’entreprise corses, ont été placées mardi en garde à vue.

L’information judiciaire ouverte en février porte sur des chefs de prise illégale d’intérêts, favoritisme, extorsion en bande organisée, escroquerie et abus de biens sociaux, a indiqué le Parquet national financier, confirmant une information de France 3 Corse. Selon une source proche du dossier, les investigations portent sur les conditions de rachat de l’ancienne compagnie maritime SNCM par le consortium Corsica Maritima Holding (CM Holding), composé de 150 entreprises corses et qui détient également 49 % du capital de Corse-Presse, société du groupe La Provence éditrice de Corse-Matin.

Contacté, CM Holding n’a fait aucun commentaire. Après avoir été placée en redressement judiciaire en novembre 2014, la SNCM avait été reprise un an plus tard par l’homme d’affaires corse Patrick Rocca à l’issue de deux appels d’offres du tribunal de commerce de Marseille, et avait pris un temps le nom de Maritima Ferries. Le consortium Corsica Maritima, candidat malheureux à cet appel d’offres, avait finalement – après avoir brièvement lancé une compagnie concurrente – absorbé Maritima Ferries en rachetant les titres de Patrick Rocca et créé Corsica Linea en mai 2016.

Corsica Linea, « véritable succès commercial, industriel et social »

Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, CM Holding s’est quant à lui présenté comme victime de « rumeurs nuisibles » et « attaqué de manière récurrente », sans préciser la nature de ces attaques. Défendant la création de Corsica Linea, « véritable succès commercial, industriel et social », les entrepreneurs du consortium indiquaient ne pas « accepter d’être traités de membres d’un système oligarchique », assurant que le groupement n’avait « aucun lien avec le monde criminel ».

Le consortium mentionnait également, sans le nommer, la démission d’Antony Perrino de son poste d’administrateur du consortium. Ancien PDG de Corse-Matin et promoteur immobilier, Antony Perrino a été mis en examen le 16 janvier dernier pour blanchiment en bande organisée, abus de biens sociaux et association de malfaiteurs dans une enquête sur les avoirs illicites présumés de la bande criminelle corse dite du «Petit Bar».