Coronavirus : Six anciens ministres de la Santé dédouanent le gouvernement

Le Samu de Paris et la Protection civile luttent contre le Covid-19 en Seine-Saint-Denis ce lundi 30 mars 2020. — Bastien Louvet/SIPA

Un peu de baume au cœur pour Olivier Véran et l’exécutif. La pandémie de coronavirus était « imprévisible » et le gouvernement fait « du mieux possible », n’en déplaise aux « donneurs de leçons », affirment six anciens ministres de la Santé dans une série d’entretiens au Quotidien du médecin à paraître ce mardi. « Comment voulez-vous anticiper une situation imprévisible ? », résume Roselyne Bachelot, blâmée en son temps (2007-2010) pour sa gestion de la grippe H1N1.

« On découvre au fur et à mesure de l’épidémie des situations qu’il était impossible d’anticiper », relève pour sa part Claude Evin (1988-1991), estimant que « le gouvernement apporte une réponse adaptée et proportionnée ». « Ceux qui prétendent qu’il y a une autre stratégie sont des gens qui n’assurent pas de responsabilités dignes de ce nom », ajoute-t-il, alors que les errements de l’exécutif alimentent les procès en incompétence.

« Les bonnes mesures au bon moment »

« Le gouvernement a pris les bonnes mesures au bon moment », affirme Jean-François Mattei (2002-2004), lui-même fustigé lors de la canicule meurtrière de l’été 2003. « La critique sera nécessaire le temps venu, mais il est regrettable que dans la crise certains cherchent à accuser les autres », appuie Marisol Touraine (2012-2017).

« Des donneurs de leçons », dénonce Elisabeth Hubert (1995), qui juge « indigne de jeter la pierre à des gens qui font ce qu’ils peuvent, du mieux possible ». « L’heure n’est pas à la polémique. En période de guerre, il faut l’unité nationale, aider le gouvernement et aller de l’avant », considère Philippe Douste-Blazy, qui occupa le poste à deux reprises (1993-1995 et 2004-2005).

Commission d’enquête

Derrière ce soutien unanime, plusieurs anciens ministres souhaitent, comme Jean-François Mattei, « une commission d’enquête » afin d’établir les responsabilités « sur la pénurie de masques et de tests ». De son côté, Philippe Douste-Blazy recommande au gouvernement de « dépister systématiquement, et en priorité, toutes les personnes qui entrent dans les Ehpad » et de « laisser aux médecins leur libre arbitre et leur capacité de prescrire » la chloroquine aux malades du coronavirus.

Quant à Roselyne Bachelot, elle « désapprouve » le choix « d’avoir maintenu le premier tour des municipales, sous la pression de certains élus » et celui « d’autoriser les gens à faire du jogging en pleine rue ».

Monde

Coronavirus EN DIRECT : 3.024 décès à l’hôpital en France dont 418 de plus en 24 heures…

Société

Coronavirus dans le Grand-Est : Un avion atterrit avec plus de 7 millions de masques médicaux

22 partages