Coronavirus : Sept régions font appel aux volontaires pour aider le personnel de santé

Salle de réanimation consacrée aux cas de Covid-19 à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux. — UGO AMEZ/SIPA

  • Face à l’épidémie de Covid-19, sept régions sont désormais entrées dans un nouveau dispositif destiné à renforcer les équipes soignantes.
  • Il s’agit de mobiliser toute personne travaillant ou ayant travaillé dans le domaine de la santé.
  • Dans les Hauts-de-France, c’est dans le département de l’Oise que se situent les besoins les plus urgents.

Nouvel appel aux volontaires. Face à l’épidémie de Covid-19, sept régions sont désormais entrées dans un nouveau dispositif baptisé Renfort-Covid. Cette initiative est destinée à renforcer les équipes soignantes là où le besoin s’en fait déjà sentir ou va se faire sentir dans les jours et les semaines à venir. Sont concernés les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, la Bretagne et l’Occitanie.

Mis en place, la semaine dernière, par la région Ile-de-France, le dispositif vise donc à faire face aux difficultés auxquelles risquent d’être confrontés les établissements hospitaliers dans toutes ces régions.

Besoins urgents dans l’Oise

« Il s’agit de mobiliser toute personne travaillant ou ayant travaillé dans le domaine de la santé pour répondre aux besoins exprimés par les établissements de santé, les structures médico-sociales comme les Ehpad ainsi que les centres ambulatoires dédiés à la prise en charge de l’épidémie », explique l’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France qui vient de mettre en ligne cette plate-forme.

Dans les Hauts-de-France, les besoins les plus urgents se situent actuellement dans le département de l’Oise. Ce département avait connu le premier décès d’un Français lié au Covid-19. C’est aussi l’un des plus touchés par la propagation du virus en France, enregistrant, jeudi, un 68e mort en lien avec la maladie.

« Il s’agit aussi d’anticiper les besoins futurs en coordonnant volontaires et établissements car les prochains jours et les prochaines semaines seront déterminants dans la lutte contre l’épidémie », précise l’ARS. Au centre d’appel du Samu du CHRU de Lille, environ 700 internes de 4e et 5e années se sont déjà portés volontaires, depuis quinze jours, pour prêter main-forte.

Les cliniques du Nord mobilisées

La mobilisation s’opère aussi dans les cliniques privées nordistes. Les trois établissements du GHICL installées à Lille et à Cambrai peuvent déployer 126 lits pouvant accueillir des patients atteints du Covid-19. Certaines cliniques du groupe Ramsay ont d’ores et déjà déprogrammé des soins pour faire face également à l’afflux de malades.

Selon nos informations, l’hôpital de Cambrai doit ouvrir une cellule de crise Covid-19, dés lundi, pour libérer le Samu de Lille qui centralise, jusqu’alors, les appels du Nord et du Pas-de-Calais.

Politique

Les députés PS réclament la « transparence » sur les décès dans les Ehpad liés au coronavirus

Société

« La situation est hors-de-contrôle », les hôpitaux franciliens au bord de la saturation

115 partages