Coronavirus : Retour des jauges, multiplication de cas dans les effectifs… Omicron met le sport professionnel à genoux

Voilà un cadeau de Noël dont on se serait bien passé. En réaction à la virulence de la vague Omicron qui touche tout le pays, le gouvernement a annoncé, lundi soir, le retour des jauges pour les grands rassemblements, sport inclus. Ainsi, à compter de lundi et pour trois semaines, les événements en intérieur seront limités à 2.000 spectateurs et ceux en extérieur à 5.000, indépendamment de la capacité maximale des stades. La consommation de boissons et d’aliments y sera également interdite.

« Ce sont des mesures contraignantes mais elles étaient anticipées », a réagi le directeur général de la Ligue nationale de basket (LNB) Michel Mimran. « Nous avons l’espoir que la situation s’améliore et ce que ces mesures ne s’appliquent que trois semaines. »

Ce retour aux restrictions intervient alors que les clubs de basket, mais aussi de hand, de volley, de rugby et même de football ne se sont pas encore remis, financièrement, de la crise profonde provoquée par les interruptions de leurs compétitions, au plus fort de la première vague de Covid-19, puis du huis clos et des jauges de spectateurs.

Au rugby, un calendrier encombrant

Dimanche, le choc de rugby entre le Stade toulousain et le Stade Français avait été reporté à cause de contaminations au Covid parmi les joueurs parisiens. Quatre matchs sur sept prévus dans le cadre du Boxing Day ont été reportés.

La situation fait peser un poids sur le calendrier des clubs français, dont la plupart doivent déjà rattraper des matchs de compétitions européennes reportés le week-end dernier.

Au foot, la Coupe de France en danger ?

En football, la Ligue 1 est en pause, mais la plupart des clubs reprennent l’entraînement le 28 ou 29 décembre en vue des 16e de Coupe de France du 2 au 4 janvier.

Le retour des fêtes pourrait entraîner une vague de cas positifs et le forfait de certaines équipes. Que déciderait la Fédération française de football si un nombre élevé de rencontres ne pouvait se disputer ? Dans ces conditions exceptionnelles, pourrait-on envisager un report de l’ensemble des 16e alors que le calendrier déjà chargé des clubs offre peu de possibilités ?

L’exemple du football anglais, dont le Boxing Day a été amputé ce week-end de trois matchs et qui commence à être profondément perturbé à nouveau par le Covid, peut faire redouter le pire.

Au hand, la crainte du cluster chez les Bleus

Les autres sports ne sont pas épargnés par la résurgence de la pandémie. L’équipe de France de handball, depuis dimanche en stage de préparation pour l’Euro-2022 (13-30 janvier), est frappée de plein fouet par l’explosion des infections.

Après Nikola Karabatic, Benoît Kounkoud et Yanis Lenne, initialement convoqués mais positifs au coronavirus, la Fédération (FFHB) a annoncé les contaminations de cinq nouveaux joueurs dimanche, dont le champion olympique Hugo Descat. Le placement à l’isolement des joueurs à leur arrivée, en attendant le résultat d’un deuxième test, « a permis d’éviter une première petite catastrophe », a jugé le médecin des Bleus, le Dr Pierre Sébastien en visioconférence lundi.

Le sélectionneur Guillaume Gille compte pour l’heure seulement treize joueurs valides à disposition. La situation s’est aussi dégradée sur les terrains de volley. Deux matchs ont été reportés, ceux de Montpellier prévus contre Paris le 17 décembre et Tourcoing mercredi prochain.

Le basket à l’arrêt

Sur les parquets de basket, après les matchs de championnat de France de Nanterre déjà reportés pour raisons sanitaires ces trois dernières journées, la situation s’est tendue. Le leader Boulogne-Levallois, « suite à des cas positifs dans l’effectif », a vu sa rencontre de lundi soir contre Le Portel ajournée.

L’Asvel Lyon-Villeurbanne, frappée par des cas de Covid-19, a de son côté demandé en vain à la Ligue nationale de basket le report de sa rencontre prévue lundi soir face à Limoges.