Coronavirus : Qu’est-ce qui peut encore tomber sur la tête du XV de France avant l’Ecosse ?

Brice Dulin ne pourra pas disputer la rencontre face à l’Ecosse. — FRANCK FIFE / AFP

  • Pour la première fois depuis une semaine, aucun membre du XV de France (joueur et staff) n’a été testé positif au Covid-19.
  • Le Comité des Six Nations décidera mercredi si la rencontre face à l’Ecosse aura bien lieu dimanche au Stade de France.
  • Le cas échéant, Fabien Galthié devra composer sans huit titulaires de la victoire en Irlande, dont toute la première ligne.

En lice pour son premier Grand Chelem depuis mille ans, le XV de France a peut-être tout fait foirer en moins d’une semaine, sans qu’on puisse clairement établir la ligne de crête entre négligence involontaire et entorse coupable au règlement de la bulle sanitaire exigée par le ministère des Sports. 20 minutes fait le point sur la situation à moins d’une semaine du match contre l’Ecosse, si ce dernier a bien lieu

Est-ce que c’en est fini de l’hémorragie de joueurs positifs ?

Roulements de tambour lundi matin en ouvrant notre boîte mail, avec la « mise à jour sanitaire du XV de France » reçue à 8h07. « Suite aux tests RT-PCR réalisés dimanche soir, l’ensemble des joueurs et de l’encadrement a été testé négatif ». Gloire à toi, Ô dieu des covidés. Le compteur s’arrête donc officiellement à onze joueurs testés positifs en plus de quatre membres du staff (Galthié, Sevat, Ghezal, un préparateur physique). Dans le désordre

Dupont, Marchand, Haouas, Baille, Vincent, Villière, Ollivon, Mauvaka, Taofifenua, Dulin, Pesenti

Petite pensée pour le dernier cité, qui se fait annoncer par son club qu’il est positif avant même de prendre l’avion à Pau (il y en a qui ont essayé), alors qu’il avait été appelé pour remplacer un collègue positif. Va-t-on s’arrêter là ? A voir. Consciente du danger, la FFR a décidé de tester tout le monde une fois par jour jusqu’à mercredi, avant un dernier écouvillonnage de force vendredi.

Or, tous les joueurs ont été lâchés dans la nature pendant un long week-end prolongé la semaine passée, et certaines vidéos/photos postées sur les réseaux sociaux laissent craindre un respect lointain des consignes de prudence élémentaires. Réponse d’acrobate de Serge Simon, le vice-président de la FFR, dans Midi Olympique : « Renvoyer les joueurs était un moyen d’éviter les interactions entre eux ». Sortir de la bulle pour éviter les contaminations, voilà une idée qu’elle est bonne ? Certaines rumeurs bruissent de toute façon d’une étanchéité tout à fait relative de ladite bulle la semaine avant l’Irlande à Marcoussis, mais chuuuuuuuut, Roxana Maracineanu n’est pas au courant.

Le match contre l’Ecosse peut-il encore être reporté ?

Aucune idée. Le rugby restant le rugby, impossible de connaître le protocole sanitaire détaillé qui doit dormir quelque part dans un tiroir de l’organisateur de la compétition. Existe-il un nombre de tests positifs à partir duquel on reporte où on annule, comme au foot ? A priori, non.

Toujours dans le Midol, Serge Simon nous apprend tout de même l’existence du TOG, le « Testing Oversight Group » qui réunit chaque semaine les informations médicales relatives aux six équipes engagées dans le tournoi. La prochaine réunion est prévue mercredi. Et si l’on en croit le membre de la commission médicale de la FFR Eric Caumes, qui s’avance parfois un peu trop dans les médias (ici sur RTL), les débats ont fait rage dans le camp français pour définir la position de la Fédération : « J’ai recommandé que le match n’ait pas lieu, d’abord pour des raisons médicales et ensuite d’équité, car beaucoup de joueurs clés de l’équipe de France sont absents »

Cela fait une belle jambe aux Ecossais, qui ont de leur côté mis la pression sur le tournoi via un communiqué bien senti pour que le match se joue à la date prévue. En effet, chacun a ses petits soucis, et les clubs écossais ont obtenu le droit de récupérer une dizaine de joueurs le week-end du 6 ou 7 mars, le seul encore libre d’ici la fin du tournoi. Si l’on s’en tient à l’éthique, ce serait donc à la France de tenter sa chance avec 10 joueurs de moins, plutôt que son adversaire.

Le comité du VI Nations s’est toutefois laissé un peu de marge dans sa dernière communication : « Si le match ne pouvait avoir lieu à la date prévue, il serait déplacé à la première date possible ». Un scénario peu probable, malgré tout, si la prochaine fournée de tests des Bleus s’avère une nouvelle fois négative à 100 %.

A quoi va ressembler le XV de France dimanche ?

Partant du principe que la rencontre se tiendra coûte que coûte, le staff tricolore devra réussir une adaptation encore plus impressionnante qu’à l’automne, quand il avait fallu changer toute l’équipe pour la fin de la compétition en vertu des accords passés par le top 14.

Les joueurs n’ont pas le droit aux entraînements avec contact jusqu’à au moins mercredi, le jour habituel de la séance à haute intensité mise en place par Galthié. Pas sûr, d’ailleurs, que ce dernier puisse la diriger même de loin. Premier cas positif déclaré, le sélectionneur des Bleus doit satisfaire ce lundi un test PCR établissant sa « non-contagiosité » (selon docteur Simon), avant de retourner sur le terrain. Même punition pour William Servat et Karim Ghezal, mais plus tard dans la semaine. Pour le moment, seuls Laurent Labit (entraîneur des arrières), et Shaun Edwards ont le droit de sortir de leur baraquement et se superviser des séances tronquées, faites de travail à distance et sans ballon.

L’équipe de départ contre l’Ecosse, maintenant. Le virus ayant eu la bonne idée d’essaimer dans le XV de départ avant tout, la moitié des titulaires de Dublin sont inaptes à la pratique, comme on dit. Les absents les plus dommageables ? Antoine Dupont, bien sûr, aka le meilleur joueur du monde, Dulin, notre sniper de la base arrière, et toute notre première ligne, tant qu’on y est. Cela donnera une équipe de départ plutôt baroque (Danty au centre, Crétin en 3e ligne, Bougarit au talon…), chargée de préserver les espoirs de Grand Chelem contre une équipe enquiquinante au possible. Bon courage.

Sport

XV de France : Alléluia, aucun joueur positif au Covid lors de la dernière fournée de tests

Sport

XV de France : Sous la menace d’un cluster, les Bleus retiennent leur souffle

1 partage