Coronavirus : Pékin « au bord d’une nouvelle Guerre froide » avec les USA, selon le ministre des Affaires étrangères chinois

La Chine se met en ordre de bataille — Ng Han Guan/AP/SIPA

La Chine et les Etats-Unis sont « au bord d’une nouvelle Guerre froide », a averti ce dimanche le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, déplorant le regain de tensions avec Washington autour de l’épidémie de Covid-19.

Les premiers malades du nouveau coronavirus ont été signalés à la fin de l’an dernier dans la ville chinoise de Wuhan (centre). Il s’est depuis répandu sur la planète et fait quelque 340.000 morts.

Un virus politique

Donald Trump a accusé régulièrement ces dernières semaines les autorités chinoises d’avoir tardé à communiquer des données cruciales sur la gravité du virus dont la propagation aurait pu, selon lui, être endiguée.

« Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis » a regretté devant la presse le chef de la diplomatie chinoise, sans nommer le président américain. « Ce virus politique saisit toutes les occasions pour attaquer et diffamer la Chine », a fustigé Wang Yi.

Une animosité bien avant la pandémie

Pékin et Washington étaient déjà à couteaux tirés depuis deux ans et la guerre commerciale lancée par l’administration Trump à base de surtaxes douanières réciproques qui pénalise le commerce international. Mais la pandémie de nouveau coronavirus a poussé la tension entre les deux puissances à des sommets.

« Certaines forces politiques américaines prennent en otage les relations entre la Chine et les Etats-Unis et poussent nos deux pays au bord d’une nouvelle Guerre froide » avec la crise du coronavirus, a regretté Wang Yi.

Une coopération internationale tout de même en vue ?

Donald Trump a évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par l’épidémie. Et les Etats-Unis ont appelé à une enquête internationale sur l’origine du virus. La Chine est « prête » à une coopération internationale pour identifier la source du nouveau coronavirus, a affirmé Wang Yi.

Mais une telle coopération devra s’abstenir de toute « ingérence politique », a-t-il averti. Lundi, le président chinois Xi Jinping s’est dit favorable à une « évaluation complète » de la réponse mondiale au nouveau coronavirus une fois que l’épidémie aura été enrayée.​

Dans un message vidéo adressé à l’assemblée annuelle de l’OMS, l’homme fort de Pékin a balayé tout manquement de son pays dans la gestion de l’épidémie, assurant que la Chine avait « toujours » fait preuve de « transparence » et de « responsabilité » dans ce dossier.

Monde

Coronavirus : Trump veut un vrai sommet du G7, Macron ne dit pas non

Monde

Coronavirus : Aucune chance que le virus vienne de l’Institut de virologie de Wuhan, selon la directrice du labo

3 partages