Coronavirus : Novak Djokovic ne lâche rien sur le vaccin, « prêt à payer le prix » de ne pas jouer Roland-Garros

Avoir raté l’Open d’Australie ne lui a visiblement pas servi de leçon, mais reconnaissons au moins à Novak Djokovic une certaine cohérence dans sa pensée. Un mois après son expulsion tragicomique d’Australie pour avoir tenté de disputer le tournoi grâce à une exemption médicale (un test Covid positif) en vain, le Serbe a déclaré dans une interview accordée à la BBC que l’épisode de l’avait pas convaincu pour autant de se faire vacciner.

« Parce que les principes de prise de décision concernant mon corps sont plus importants que n’importe quel titre ou quoi que ce soit d’autre, j’essaie d’être en phase avec mon corps autant que possible », a tenté d’expliquer le numéro un mondial (pour encore une semaine), qui a ajouté avoir « toujours été un excellent étudiant en matière de bien-être, de bien-être, de santé et de nutrition ».

Pas sûr de disputer Roland-Garros

Estimant que ses résultats sur le circuit lui ont donné raison sur ce point, le Djoker se dit prêt à manquer les grands tournois qui exigeraient une vaccination. « Si c’est le prix à payer, je l’accepte », répond-il à la question de savoir s’il pourra disputer Roland-Garros et Wimbledon, les deux prochains Grands Chelems au programme.

Le Serbe, qui a investi dans une entreprise à la pointe de la lutte contre le Covid refuse toutefois d’être associé à la mouvance anti-vax et n’écarte pas tout à fait la vaccination dans le futur : « Je garde mon esprit ouvert et je sais qu’on essaie tous collectivement de sortir de cette pandémie ». En voilà un qui sera particulièrement intéressé de savoir si le pass sanitaire sera toujours obligatoire en France à la fin du mois de mai.