Coronavirus: Lula parle du «plus gros génocide» de l’histoire du Brésil

Lula lors d’une conférence le 10 mars 2021 à Sao Paulo. — Miguel SCHINCARIOL / AFP

L’ex-président brésilien Lula estime que l’actuel chef de l’Etat Jair Bolsonaro devrait «s’excuser» s’il «avait un peu de grandeur» pour sa gestion de la pandémie de Covid-19, «le plus gros génocide» de l’histoire du Brésil, dans une interview accordé à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, publiée vendredi.

L’ex-président brésilien est à nouveau éligible pour affronter Jair Bolsonaro à la présidentielle de 2022. «Notre attention ne doit pas se porter sur les élections de l’année prochaine, mais sur la lutte contre le virus et la vaccination de la population, a-t-il toutefois estimé. Nous devons sauver le Brésil du Covid-19.»

Bolsonaro « ne prend pas le Covid au sérieux »

Le Brésil a enregistré jeudi pour la première fois plus de 100.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, alors que l’épidémie y a déjà fait plus de 300.000 morts. Ce qui en fait le pays avec le plus grand nombre de décès et d’infections par le coronavirus après les Etats-Unis. «Un président ne peut pas tout savoir. Mais il (Jair Bolsonaro) devrait avoir l’humilité de consulter des personnes qui en savent plus que lui», lance Lula.

L’actuel président devrait, selon lui, «s’entretenir avec des scientifiques, des médecins, des gouverneurs et des ministres de la Santé afin de mettre au point un plan pour vaincre le Covid». Jair Bolsonaro, même s’il porte désormais un masque, «ne prend pas le Covid au sérieux», accuse l’ancien dirigeant.

« S’il avait un peu de grandeur, il se serait excusé »

Et Lula de se livrer à un réquisitoire sévère contre l’actuel président: «Il ne croit pas aux vaccinations, il a dépensé une fortune pour un médicament appelé hydroxychloroquine, même s’il a été prouvé qu’il ne faisait aucun bien».

«Ceux qui utilisaient des masques, il les traitait de +pédés+. Pendant un an, il n’a pas pris ce virus au sérieux et nous a raconté des mensonges. Pendant un an, il a provoqué tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui», fustige l’ex-président.

«S’il avait un peu de grandeur, il se serait excusé auprès des familles des 300.000 morts du Covid et des millions de personnes infectées», accuse-t-il. «Il est de notre responsabilité, à nous Brésiliens, d’arrêter cet homme et de restaurer la démocratie dans le pays», prévient l’ex-président, pour qui «jamais dans l’histoire nous n’avons eu un président aussi irresponsable».

 

0 partage