Coronavirus : «Les gens débarquent en toute impunité», le coup de gueule des maires de montagne face à l’arrivée de vacanciers

Illustration de stations de skis au pied du massif du Mont-Blanc. Ici, celle de Saint-Gervais. — Caroline Girardon/20 Minutes

« Les résidents secondaires débarquent en toute impunité… Il y en a quelques-uns et ce sont quelques-uns de trop ». Des maires de montagne ont dénoncé l’arrivée de vacanciers dans leurs communes, ce week-end, au mépris des consignes de confinement.

« On le voit à quoi ? Ce sont les voisins qui voient les chalets qui sont subitement allumés, qui mettent un message en disant : « Mais pourquoi ils sont là ? Qu’est-ce qu’ils viennent faire ? Qu’ils restent chez eux, du début à la fin ! »», a déclaré Jean-Marc Peillex, le maire de Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie) au micro de France Bleu.

« Ce n’est pas à la carte »

« Ils auraient choisi Saint-Gervais pour se confiner, pas de souci ; ils auraient été accueillis bras ouverts, mais ce n’est pas à la carte », poursuit l’élu. Pour lui, l’épisode « laissera des traces ». « On est un petit village et les gens se souviendront que telle famille n’a pas respecté, que telle famille est venue ».

En Savoie, c’est le maire de Valloire, Jean-Pierre Rougeaux, qui a protesté dans un message à ses administrés en ironisant sur « la génération spontanée » apparue dimanche dans la station.

« Notre population, alors que les déplacements sont soit interdits, soit régulés par l’administration, vient d’augmenter sensiblement. Je me permets de rappeler à tous ces nouveaux arrivants que les règles de confinement, les prescriptions « barrière » sont en vigueur ici comme dans le lieu habituel de leur résidence », a écrit l’édile.

Pas de promenade, pas de rando, pas de vélo

« Ici comme ailleurs, nous sommes impactés et nous mettons en pratique les règles préconisées : pas de promenade en montagne, pas de rando sur la neige, pas de vélo », a averti le maire.

Les vacances scolaires ont débuté samedi pour la zone C (académies de Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles).

Paris

Coronavirus : Les activités sportives interdites à Paris de 10 heures à 19 heures

Société

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : Malgré le confinement, les vacanciers ont-ils investi le littoral ?

3K partages