Coronavirus: Les Bourses asiatiques continuent de plonger

Les prix sur le Nikkei 225 le 13 mars 2020 à Tokyo. — Eugene Hoshiko/AP/SIPA

Rien ne va plus sur la planète finance. Apres une journée noire jeudi, avec des chutes historiques des indices, les Bourses mondiales pourraient aujourd’hui encore connaître le même sort. A leur ouverture en effet, les Bourses d’Asie subissaient de lourdes pertes vendredi, la pandémie du coronavirus faisant redouter une récession mondiale.

Pire chute du Nikkei depuis la catastrophe de Fukushima

La Bourse de Tokyo connaissait ainsi sa pire chute en séance depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars 2011. Vers 10H30 (2H30 à Paris), son indice vedette Nikkei a ainsi brièvement plongé de plus de 10 % (-10,06 % à 16.691,98 points), tandis que l’indice élargi Topix sombrait de 9,38 % à la même heure. Les deux indices perdaient respectivement 7,97 % et 7,2 % à la pause de mi-séance. Le yen, valeur refuge traditionnelle dont l’appréciation fait mal aux entreprises japonaises exportatrices, tenait toutefois bon vendredi face au dollar, lequel valait 105,11 yens contre 103,65 yens la veille après la clôture de la Bourse de Tokyo.

En Chine, les Bourses chinoises chutaient aussi vendredi en matinée. A Hong Kong l’indice Hang Seng plongeait de 5,06 % à 23.709,51 points, tandis qu’en Chine continentale l’indice composite de la Bourse de Shanghai lâchait 2,67 % à 2.845,55 points et celui de la place de Shenzhen 2,62 % à 1.770,96 points.

Les actions non concertées ne rassurent pas

De Paris à Wall Street, de Londres à Sao Paulo, l’hécatombe sur les marchés financiers mondiaux a été effroyable jeudi, certaines Bourses ayant vécu leur pire séance depuis le krach de 1987. Les investisseurs ont été totalement pris de court par la décision de Donald Trump de suspendre l’entrée des Européens de l’espace Shenghen aux Etats-Unis pendant 30 jours, par précaution face au Covid-19, qui a désormais atteint le stade de pandémie selon l’Organisation mondiale de la santé.

L’annonce surprise du président américain a visiblement achevé les espoirs des marchés dans une réponse mondiale concertée face à la pandémie, tant sur le plan sanitaire qu’économique. Les actions en ordre dispersé des Etats et des banques centrales mondiales face à la pandémie « ajoutent de l’huile sur le feu » en augmentant les incertitudes, au lieu d’apporter du soulagement, explique ainsi Rodrigo Catril, stratégiste de la National Australia Bank.

Économie

Pourquoi les Bourses mondiales s’affolent-elles avec le pétrole ?

Monde

Des dizaines de milliards injectés contre la « pandémie » pour éviter un crash mondial

0 partage