Coronavirus : Le chanteur Andrea Bocelli minimise la « gravité » du virus et provoque un tollé en Italie

Le chanteur Andrea Bocelli. — LM/Daniele Cifalˆ / IPA/I/SIPA

Difficile de suivre Andrea Bocelli. Contaminé par une forme légère du  Covid-19 en mai dernier, le chanteur déclarait alors avoir vécu un « cauchemar », ajoutant que cette « tragédie » avait contaminé toute sa famille. Mais deux mois plus tard, c’est un tout autre discours que tient désormais le ténor.

Lundi dernier, lors d’un congrès autour de la pandémie organisé à Rome, Andrea Bocelli a remis en question « la gravité » du virus, précisant ne pas avoir « connu quelqu’un pris en charge en thérapie intensive », rapportent plusieurs médias, dont Le Figaro. Le chanteur a également expliqué avoir été « offensé » par les mesures de confinement en Italie.

« Je ne suis pas un négationniste, je suis un optimiste »

« Il y a eu des moments où, je le dis en me détachant de tout bord politique, je me suis senti humilié et offensé. Quand j’ai entendu qu’on me privait de la liberté de sortir de chez moi, sans avoir commis de crime, j’ai été offensé. Je souhaite confesser publiquement que j’ai parfois désobéi volontairement à cette interdiction parce que je ne trouvais pas juste, ni même salutaire, de rester chez soi », a-t-il déclaré. Des propos surprenants de la part de celui qui en avril, avait donné un concert au Duomo à Milan, pensé comme « une prière » face au coronavirus. Et cette sortie verbale n’a pas tardé à choquer de nombreux Italiens, dont le pays a été endeuillé par plus de 35.000 décès liés au virus.

Sur Twitter, le rappeur Fedez, qui avait organisé durant le confinement un concert live en collaboration avec Andrea Bocelli, a invité le chanteur à se taire. « Si vous ne connaissez personne ayant été en thérapie intensive et que vous vous permettez d’instaurer le doute que la pandémie puisse être de la science-fiction, je vous présente l’un de mes amis, qui, à cause du Covid, a subi une greffe des poumons à 18 ans », a-t-il écrit.

Face à la polémique, Andrea Bocelli a répondu « avoir été mal compris ». « Je ne suis pas un négationniste, je suis un optimiste et je repars de là, avec une prière », a-t-il ajouté.

Culture

Coronavirus en Italie : La voix d’Andrea Bocelli pour Pâques dans un Duomo vide à Milan

Politique

Coronavirus : « En Italie, la crise a été terrible pour l’image de l’UE », déplore l’ancien Premier ministre Enrico Letta

1 partage