Coronavirus : La vaccination avec AstraZeneca suspendue par deux provinces canadiennes

Préparation pour une injection du vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19. — Alberto Pezzali/AP/SIPA

C’est un nouveau coup dur pour AstraZeneca. La moitié de la population du Canada ne peut plus depuis mardi avoir accès au vaccin contre le Covid-19 du laboratoire.

L’Ontario, la province la plus peuplée du pays, a annoncé la suspension des vaccinations avec la première dose de ce sérum, en raison d’une hausse du nombre de thromboses causées par le vaccin. Quelques heures plus tôt, l’Alberta, autre province dans l’ouest du pays, avait déjà décidé de suspendre ce vaccin, en raison de doutes sur d’éventuelles ruptures d’approvisionnement dans les prochains mois.

En Ontario, le taux des problèmes de coagulation sanguine est passé de 0,9 cas par 100.000 doses administrées à 1,7, explique le ministère de la Santé de la province. Quelque 650.000 doses d’AstraZeneca y ont déjà été injectées, notamment au Premier ministre Justin Trudeau et à son épouse Sophie. A l’échelle du Canada, ce vaccin a provoqué une douzaine de thromboses, dont trois mortelles.

La question de la deuxième dose

L’Ontario justifie également sa décision par un accroissement des livraisons des deux vaccins à ARN messager, ceux de Pfizer et Moderna, et par les « premiers résultats prometteurs » de l’administration de deux vaccins différents. Le chef des autorités sanitaires de l’Ontario, le Dr David Williams a d’ailleurs précisé qu’il étudiait « les options pour l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pour les deuxièmes doses ».

Au 10 mai, quelque 40 % des Canadiens avaient reçu au moins une dose d’un des trois vaccins utilisés à ce jour au Canada (Pfizer/BioNtech, Moderna, AstraZeneca). Le sérum de Johnson et Johnson a également été approuvé mais n’a pas encore été administré en raison d’inquiétudes sur la qualité des premières doses reçues.

2 partages