Coronavirus : La reprise mais pas de touriste pour Monaco qui entame son déconfinement

La principauté de Monaco — SYSPEO/SIPA

  • Le déconfinement est amorcé depuis ce lundi dans la principauté de Monaco.
  • Les commerces rouvrent, les classes, elles, ne seront à nouveau accessibles qu’à partir du 11 mai et, dans un premier temps, que pour les élèves qui passent des examens.

Avec une semaine d’avance sur la France, l’heure du déconfinement progressif a sonné ce lundi à Monaco, où les coiffeurs sont pris d’assaut, mais où les touristes risquent de se faire attendre encore un moment. « Ça fait plaisir, ça se remet en route », salue un vendeur de prêt-à-porter.

Mais signe que la reprise reste graduelle, les difficultés d’accès à Monaco ne sont pas encore de mise. Un salarié sur six travaille à domicile, ce qui a permis à la place financière monégasque de ne pas rester en sommeil pendant le confinement.

Le gouvernement de Monaco, qui maintiendra le télétravail « tant que nécessaire » a levé le confinement plus tôt que dans l’Hexagone pour des raisons « très pragmatiques », avance le ministre des Affaires sociales. Sur place, le Covid-19 n’a fait que quatre morts et « le pic épidémique est passé » sur place, avance Didier Gamerdinger. Puis, prendre des décisions pour un territoire de 2km2, c’est aussi « beaucoup plus facile », dit-il.

Des plages horaires plus larges chez le coiffeur

Chez Tita Coiffure, sur le Rocher, la première cliente refuse toute interview : « Ah, non ! C’est mon moment détente, j’attends ça depuis deux mois », s’écrie-t-elle. Carolina, la coiffeuse, lui tend le journal : « Tenez, personne ne l’a encore touché ».

Elle est venue le 1er mai tout nettoyer, espacer les fauteuils, anxieuse de voir comment ça allait se passer : « Est-ce que le masque va gêner les clients ? On doit faire les coupes, des couleurs, on mouille un peu l’élastique… ». Carolina déborde de rendez-vous pour la semaine et a dû prévoir « des plages horaires plus larges pour avoir le temps de tout désinfecter entre chaque client ».

Pour ses deux enfants, « c’est le papa » qui assure la garde. Monaco n’a pas prévu de réouverture immédiate pour les crèches et les maternelles. Priorité a été donnée aux élèves passant des examens, par demi-classes, avec masques et seulement à partir du 11 mai.

« Essayer de survivre »

Chez le chocolatier centenaire de la Principauté, Lotfi Maktouf, le patron, solde les œufs et les lapins de Pâques qu’il n’a pas pu vendre ni livrer pendant le confinement. Près du Palais, où le prince Albert II a guéri en quinze jours du Covid-19, le pessimisme pointe en revanche chez les commerçants qui ressortent leurs présentoirs de souvenirs, sacs, casquettes, T-shirts siglés « Monaco ».

« C’est le premier jour où on peut prendre l’air, il fait soleil… on ne va pas râler. Mais je suis un peu inquiet », avoue l’un d’eux. « On va essayer de survivre », ajoute-t-il. Il a déjà un loyer trimestriel de retard, 11.000 euros. « On va essayer de compter sur les Français qui viendront nous voir cet été », reprend une employée voisine. « Mais il faut ouvrir, ça aère et il faut mettre en place le marquage au sol, les panneaux ».

Outre l’annulation du Grand Prix de F1 et des manifestations sportives et culturelles les croisières et les cars de tourisme ne font plus escale jusqu’à nouvel ordre. Sans parler des vols internationaux, gelés, à l’aéroport de Nice.

Monde

Grand Prix, hôtellerie… La principauté fait face à des « conséquences économiques sans précédent »

Monde

Le prince Albert réduit le train de vie du palais de 40%, le budget de Monaco en déficit pour 2020

3 partages