Coronavirus : La levée des restrictions le 3 mai est « bien ce qui est prévu», confirme Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à la sortie de l’Elysée. — Jacques Witt/SIPA

La date de levée des restrictions sera-t-elle respectée ? « C’est bien ce qui est prévu », a indiqué Gabriel Attal à la sortie du Conseil de défense sanitaire et du Conseil des ministres. « Tout ce qui a été dit par le président de la République dans son allocution du 31 mars constitue la base de notre travail actuel, a confirmé le porte-parole du gouvernement ce mercredi matin. Il est donc toujours prévu que « les restrictions de déplacement et donc les déplacements régionaux soient levés » au 3 mai.

Selon lui, des premiers effets du confinement perceptibles. « Nous pourrions être au pic de l’épidémie ou proche de l’être » a indiqué le porte-parole du gouvernement, qui a alerté sur le fait que « l’épidémie recule deux fois moins qu’à l’automne ».

Les voyageurs en provenance d’Inde soumis à une période d’isolement

L’Inde a été ajoutée à la liste des pays dont la France exige une quarantaine des voyageurs à leur arrivée en France, a encore précisé Gabriel Attal. Niveau vaccination, le porte-parole a aussi indiqué que 2,5 millions de doses ont été injectées au cours de la semaine écoulée.

Comme chaque mercredi matin, Emmanuel Macron a réuni un Conseil de défense sanitaire. L’exécutif devait en profiter pour parler de la fin des vacances scolaires, dont le gouvernement a unifié les dates. Les élèves du primaire doivent retourner en classe le 26 avril, collégiens et lycéens attendront eux le 3 mai.

Le Conseil se réunissait ce mercredi dans un contexte sanitaire beaucoup plus favorable. L’épidémie de Covid-19 semble amorcer une pente descendante en France et si le rythme actuel des vaccinations se poursuit, l’exécutif pourra atteindre son objectif de 20 millions de vaccinés avec au moins une dose pour la mi-mai. Toutefois, la situation reste encore trop fragile pour relâcher rapidement les restrictions. « La pression hospitalière reste extrêmement forte », a averti Gabriel Attal.

479 partages