Coronavirus : « J’ai pris la parole pour montrer l’ampleur des dégâts », explique le président du Stade Toulousain

Didier Lacroix devant le Mur de soutien du Stade Toulousain, le 19 janvier 2021 à Ernest-Wallon. — Nicolas Stival / 20 Minutes

  • Didier Lacroix a présenté ses vœux à la presse ce mardi à Ernest-Wallon.
  • Le président du Stade Toulousain a balayé l’actualité du leader du Top 14. Il balance entre inquiétudes et volontarisme devant le prolongement d’une crise sanitaire et économique dont personne n’entrevoit la fin.

Outre la réussite sportive du leader du Top 14 et son engagement sociétal, il a été beaucoup question de gros sous ce mardi à Ernest-Wallon. En même temps que ses vœux, le président du Stade Toulousain a présenté la situation économique du club à la presse. « Comme le dit mon ami Mourad Boudjellal, Didier Lacroix est une pleureuse. Et malheureusement, il a raison. »

Lacroix a fait allusion à une récente chronique vidéo de l’ex-patron de Toulon, qui ironisait sur ses multiples messages d’alerte quant à la situation des Rouge et Noir et du rugby français en général. Il a aussi dépeint à 20 Minutes, un club parvenu bon an mal an à l’équilibre sur la saison 2019-2020, mais fragilisé par la persistance de la crise sanitaire.

Vous avez dit assumer un rôle de « pleureuse ».

En tant que président du Stade Toulousain, je suis assez emblématique pour représenter l’économie réelle des clubs, regarder les enjeux liés à la billetterie. Laurent Marti ou Vincent Merling (présidents de l’UBB et de La Rochelle) peuvent faire exactement la même chose. J’ai pris la parole pour montrer l’ampleur des dégâts et la nécessaire mise en place de mesures d’État afin d’accompagner les mesures sanitaires.

Je l’ai également fait auprès des institutions de la région, du département, de l’agglomération pour l’ensemble des clubs professionnels. Il nous faut trouver des solutions au travers des aides de l’État pendant cette période. Charge à nous d’être autonomes dès le lendemain.

Qu’en est-il de ces aides gouvernementales ?

Elles sont acquises du début de saison jusqu’au 30 décembre. Malheureusement, la période perdure. Il nous faut voir si elles peuvent dépasser cette date fatidique du 1er janvier car nous sommes encore dans les mêmes conditions et peut-être pour un bout du temps. Il faut qu’on arrive soit à « reremplir » les stades, soit à continuer les aides. On attend le paiement des engagements actés par l’État (autour de quatre millions d’euros pour le Stade) qui ne devraient pas tarder à arriver sur nos comptes bancaires.

Nous sommes en vie aujourd’hui en termes de trésorerie grâce au PGE (prêt garanti par l’État, d’un montant d’environ cinq millions d’euros). On va certainement avoir le relais de l’engagement de l’État pour couvrir le manque de public.

Cela ne vous empêche pas d’investir, de recruter, de prolonger vos joueurs…

C’est toute la difficulté de dire : on a besoin des aides d’État pour vivre et, d’un autre côté, nous sommes obligés de prévoir l’avenir. Le PGE, il va falloir le rembourser. Pour le rembourser, il faut un club en bonne santé. Pour avoir un club en bonne santé, il faut avoir des résultats. C’est le cercle vertueux du Stade Toulousain qu’il va falloir pérenniser.

Faut-il s’attendre à voir moins de mouvements de joueurs, à Toulouse ou ailleurs ?

Oui car tous les clubs misent davantage sur la formation, il y a un peu moins de mobilité. Les jeunes joueurs nés sous la bannière du Stade Toulousain ou encore du Racing 92 auront envie de rester un peu plus plutôt que de partir. Mais les transferts vont continuer à faire sensation, car le public aime ça.

L’effectif 2021-2022 du Stade est-il déjà au complet ?

On s’est gardé peut-être une ou deux possibilités pour l’avenir. Mais un club de Top 14 boucle 95 % de son effectif en octobre de l’année précédente. C’est pour ça qu’on demande à la fois un certain nombre d’aides et que l’on continue notre recrutement. Médiatiquement, les deux choses sont parfois difficiles à comprendre.

Sport

Stade Toulousain : Toulouse recrute Juan Cruz Mallía, un Argentin de plus en Top 14

Sport

Stade Toulousain : Meilleur marqueur du Top 14, Matthis Lebel « oublié » par le XV de France

3 partages