Coronavirus: Il a fallu trois mois pour atteindre 500.000 cas, et une semaine pour doubler à 1 million

La carte de la pandémie de coronavirus, qui a franchi le seuil de un million de cas dans le monde le 2 avril 2020. — Hôpital John Hopkins

Cliquer sur « lancer le diaporama » ci-dessus pour voir les quatre graphiques en plein écran

31 décembre 2019 : la Chine signale à l’OMS un premier cas d’une mystérieuse pneumonie à Wuhan. 2 avril 2020 : le coronavirus a infecté un million de personnes dans le monde – et sans doute beaucoup plus. Il aura donc fallu trois mois à l’épidémie pour atteindre 500.000 cas et seulement une semaine pour doubler à un million. Face à cette progression presque exponentielle, la course contre la montre continue pour « aplatir » la courbe d’une pandémie qui a déjà fait 53.000 morts, dont près de 6.000 en France.

L’Europe est le continent le plus touché, mais les Etats-Unis sont en passe de devenir le nouvel épicentre avec un quart des cas enregistrés (près de 250.000) et un rythme des décès qui croît à grande vitesse. Près de 6.000 personnes sont mortes aux Etats-Unis, dont 1.169 en 24 heures. Aucun pays, pas même l’Italie, n’avait dépassé la barre symbolique des 1.000 morts quotidiens.

900 personnes décédées en Ehpad en France

En France, le bilan a été porté à 60.000 cas et près de 5.400 morts. Promis depuis plusieurs jours, un premier bilan provisoire « partiel » sur le nombre de décès dans les Ehpad a été dévoilé jeudi soir, avec 884 décès de personnes âgées du coronavirus et 14.638 cas « confirmés ou possibles » recensés.

« Il s’agit d’un premier chiffre partiel, avec de grandes inégalités dans le recueil entre régions et un travail important est en cours pour regrouper l’ensemble de ces données », a précisé le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, lors de son point quotidien.

Les bilans ne cessent de s’alourdir partout dans le monde : près de 14.000 morts en Italie et 10.000 en Espagne. Mais comme le répètent les scientifiques : le confinement est en train de faire ses preuves. Il y a simplement un décalage dans le temps : d’abord un ralentissement des nouvelles contaminations, puis une baisse des décès quotidiens dans la foulée. Sur TF1, Edouard Philippe a insisté : « il ne faut surtout pas relâcher nos efforts ».

Société

Coronavirus : Une attestation de déplacement numérique disponible lundi, annonce Castaner

Société

Coronavirus : Pour le bac 2020, Edouard Philippe privilégie la piste du « contrôle continu » sans épreuves finales

6 partages