Coronavirus : Faut-il rétablir l’ISF pour alléger (partiellement) la facture de la crise ?

La suppression de l’ISF était une promesse d’Emmanuel Macron. — LOIC VENANCE-POOL/SIPA

  • Les dépenses énormes de l’État liées à la crise posent la question de trouver de nouvelles recettes.
  • Certains élus de gauche et économistes demandent un retour de l’ISF, supprimé en 2018.
  • Mais le gouvernement n’entend pas revenir pour l’instant sur cette promesse de campagne.

Plus le temps passe, plus la facture grimpe. Alors que la date de fin du confinement est toujours inconnue, de nombreuses entreprises ont dû mettre leurs salariés au chômage partiel. Selon le dernier décompte disponible, ce jeudi, cela concernait 4 millions de personnes. L’État compensant intégralement le coût supporté par les entreprises (84 % du salaire net), cela représente une dépense potentielle de 11 milliards d’euros sur trois mois pour les finances publiques. A cette facture déjà lourde pourrait s’ajouter deux autres éléments : des annulations de charge (cotisations sociales) pour les entreprises en grandes difficultés, et une éventuelle intervention de l’État pour payer des prêts si le débiteur fait défaut. Pour rappel, le gouvernement a promis de garantir jusqu’à 300 milliards d’euros de prêts aux entreprises.

Au regard de ces dépenses colossales, des voix s’élèvent pour réclamer l’instauration de recettes exceptionnelles. Ce mercredi, le patron de la CFDT, Laurent Berger, a estimé que la crise sanitaire provoquée par l’épidémie de coronavirus posait la question de la participation des « plus riches » à « l’effort collectif ». Cet effort pourrait se faire « par le biais de l’ISF ou d’un autre dispositif fiscal », a ajouté le syndicaliste sur France Info.

Un rétablissement pas à l’ordre du jour

Revoilà donc l’impôt de solidarité sur la fortune. Supprimé par Emmanuel Macron en 2018, comme il l’avait promis durant sa campagne, il avait rapporté 4,2 milliards d’euros lors de sa dernière année d’existence. Il a depuis été remplacé par l’IFI (impôt sur la fortune immobilière), qui a rapporté 2,1 milliards d’euros en 2019. Pour justifier sa disparition, l’exécutif avait mis en avant le fait que l’ISF pouvait agir comme un repoussoir et détourner les riches de l’Hexagone. Néanmoins, l’efficacité économique de sa suppression reste très difficile à prouver, comme le constatait l’année dernière le comité économique d’évaluation mis spécialement en place.

Le contexte économique étant exceptionnel, le gouvernement pourrait envisager de rétablir ce prélèvement. Mais cela ne semble pas à l’ordre du jour. « Il y aura un temps pour le débat fiscal. Mais (…) nous ne sommes pas venus au temps où il faut regarder la fiscalité, qui va payer (…) Ce qui compte, c’est que l’Etat fasse bloc pour soutenir nos entrepreneurs. Nous verrons ensuite quels sont les ajustements que nous devons faire en matière de finances publiques » a expliqué Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, mercredi. Autrement dit, l’exécutif ne veut surtout pas se presser sur ce dossier hautement symbolique.

« Le gouvernement se retrouve à faire la quête »

A la place, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a mis en avant une idée originale. « Beaucoup de particuliers ou d’entreprises nous demandent comment participer et nous aider, a-t-il expliqué dans une interview au Figaro. Tous ceux qui le souhaitent pourront le faire prochainement, via une plateforme de dons que nous allons mettre en ligne ». Une proposition qui a provoqué la colère de l’opposition de gauche : « Trop c’est trop. La solidarité nationale c’est l’impôt » a notamment réagi Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, sur Twitter.

« Ce gouvernement a fait beaucoup de cadeaux aux plus riches en espérant que le ruissellement fonctionne mais ce n’est pas le cas. Maintenant il se retrouve à faire la quête, à compter sur la bonne volonté, ce que je trouve assez curieux » estime pour sa part Dany Lang, économiste membre des Economistes atterrés et Enseignant chercheur à l’Université Sorbonne Paris-Nord. Selon lui, « il faut remettre en place, au moins temporairement, l’ISF. C’est une recette supplémentaire et c’est important du point de vue symbolique. Il faudrait aussi réfléchir à de nouvelles tranches d’imposition, afin d’améliorer la progressivité [plus les revenus sont élevés, plus le taux d’imposition augmente] ».

Historiquement, ce ne serait pas une nouveauté. Aux Etats-Unis par exemple, le taux d’imposition maximal de l’impôt sur le revenu était de 70 % (les revenus supérieurs à 460.000 dollars étaient taxés à ce taux) jusqu’au début des années 1980. En France, le taux marginal maximum était de 65 % en 1983, avant de diminuer progressivement et d’atteindre 45 % aujourd’hui.

Santé

Coronavirus à Lille : Un financement participatif pour équiper un hôpital Covid-19

Lille

Coronavirus dans le Nord : Une piscine transformée en « sas de décontamination » pour les soignants

80 partages