Coronavirus : Etat d’urgence, dépistage au « drive-in », aide de Google… Les annonces de Donald Trump

Donald Trump a déclaré l’état d’urgence pour débloquer 50 milliards de dollars face au coronavirus, le 13 mars 2020. — Sipa USA/SIPA

Un effort « sans précédent ». Critiqué pour avoir minimisé le danger du coronavirus et mis du temps à réagir, Donald Trump a sorti l’artillerie lourde, vendredi. Le président américain a déclaré l’état d’urgence, une mesure qui permettra de débloquer 50 milliards de dollars. Surtout, il a dévoilé un partenariat entre les pouvoirs publics et le privé afin d’accélérer le dépistage, notamment grâce à l’aide de laboratoires mobiles et de Google, qui planche sur un site Internet permettant de coordonner les tests. Des annonces qui ont semblé convaincre Wall Street : après une journée noire jeudi, le Dow Jones a rebondi de 9 %.

50 milliards débloqués via l’état d’urgence

En déclarant l’état d’urgence, Donald Trump débloque 50 milliards de dollars via l’agence Fema, qui s’occupe en général des catastrophes naturelles. Cela permettra également aux hôpitaux d’activer leur plan d’urgence. La cheffe des démocrates Nancy Pelosi a, elle, annoncé qu’un accord avait été trouvé pour voter un plan de relance de l’économie au Congrès. Au programme : une baisse des cotisations salariales, un coup de pouce au chômage et aux congés maladie.

Le privé en renfort sur le dépistage,

A ce stade, moins de 15.000 Américains ont pu être dépistés, à cause d’une pénurie des tests et d’un goulot d’étranglement au CDC (le centre pour le contrôle des maladies, qui était le seul habilité au début de l’épidémie). Donald Trump a dévoilé un partenariat avec le privé qui devrait permettre de passer à la vitesse supérieure. Le laboratoire Roche finit de mettre au point un test rapide qui devrait recevoir une approbation express de la FDA (Food and Drug administration). Le test, qui se fait via un prélèvement bucal et nasal, est censé donner un résultat en 4 heures.

Donald Trump a promis qu’un « demi-million » de tests de dépistage seraient disponibles la semaine prochaine, et « 5 millions d’ici un mois » – un optimisme qui a été dans la foulée tempéré par son vice-président Mike Pence. Des laboratoires mobiles seront déployés dans les pharmacies de Walmart, Target, CVS et Walgreens. Sur le modèle popularisé en Corée du Sud, ils seront parfois accessibles en voiture, comme au « drive-in » des fast-foods.

Google prépare un site Web de triage

Selon Donald Trump, 1.000 ingénieurs de Google sont en train de mettre au point un site Internet de triage. Il fonctionnera de la manière suivante :

  • Les utilisateurs répondront à des questions sur leurs symptômes.
  • Le système décidera si un test de dépistage est nécessaire.
  • Il affichera la liste des centres de tests les plus proches.
  • Les résultats du test seront disponibles sur le site.

Quand sera-t-il lancé? Mike Pence doit en dire davantage dimanche. Google a vite précisé que le projet de Verily (une filiale de la maison mère Alphabet) en était à un stade « précoce » et qu’un test aurait d’abord lieu dans la région de San Francisco. Donald Trump s’est, peut-être, un peu avancé.

3 partages