Coronavirus en Nouvelle Aquitaine : Les établissement scolaires font leur rentrée dopés à l’hygiène

Les jeunes élèves de Cinqueux, dans l’Oise, ont reçu une formation de prévention au Covid-19, le jeudi 5 mars 2020. — ISA HARSIN/SIPA

  • La préfecture et surtout l’académie de Nouvelle-Aquitaine ont mis en place une « marche à suivre coronavirus » en prévision de la rentrée scolaire, après les vacances d’hiver.
  • Aucun établissement de la région sera fermé et le million d’élèves devrait reprendre le chemin des écoles armées en savon et en gel hydroalcoolique.
  • En parallèle, la préfecture précise que la région est l’une des moins touchées par le virus et seuls 10 cas de Covid-19 ont été confirmés depuis le début du mois de janvier.

Le Covid-19 ne fera pas sa rentrée. Ce vendredi, Anne Bisagni-Faure, rectrice de l’académie de Bordeaux et de  Nouvelle-Aquitaine, l’a martelé : « tout est prêt pour que les près d’un million d’élèves et 80.000 personnels reprennent ce lundi le chemin de leur établissement scolaire » en sécurité.

Aux côtés de Fabienne Buccio, préfète de Nouvelle-Aquitaine et de Michel Laforcade, directeur l’agence régionale de santé (ARS), la rectrice a fait le point sur le dispositif mis en place pour éviter que la rentrée des vacances d’hiver ne se fasse dans la psychose. Plus tôt, Fabienne Buccio l’avait annoncé : « il faut continuer à vivre ». Pour cela, les académies de Bordeaux, de Poitiers et de Limoges, troisième zone des vacances scolaires, ont eu « deux semaines de plus pour déployer leur dispositif » et faire circuler la « doctrine anti-coronavirus » aux proviseurs, aux enseignants ou aux fédérations de parents d’élèves.

« Nous avons bénéficié de l’expertise des autres académies et avons profité de toutes les remontées qui leur ont été faites », insiste la rectrice. Tous les voyages scolaires « entrants et sortants » ont ainsi été annulés ou reportés, les établissements auraient été suffisamment fournis en gel hydroalcoolique ou en savon, les « problèmes d’hygiène anticipés » et les trois fédérations de parents d’élèves (FCPE, PEEP, APE) briefées.

« Nos élèves manquent de savon, de sèche-mains, voire de papier »

« La rectrice m’a appelée jeudi pour me détailler la marche à suivre, abonde Stéphanie Anfray, présidente de la FCPE Gironde. Un numéro spécial a été mis en place que l’on peut appeler au moindre doute et tout notre réseau est mobilisé pour que chacun puisse faire rapidement remonter les problèmes. » Les manquements à l’hygiène en premier lieu, selon les parents d’élèves qui s’inquiètent pour beaucoup du manque de savon dans certaines écoles ou collèges. « Cette épidémie a permis de mettre de nouveau en lumière ce souci dans les écoles, précise Stéphanie Anfray à 20 Minutes. On est tous d’accord pour dire que nos élèves manquent de savon, de sèche-mains, voire de papier et même d’accès aux toilettes. Il va falloir être attentif et nos conseils locaux vont recevoir un mail aujourd’hui pour que tous soient prêts lundi et que chaque parent d’élève sache qu’il peut nous alerter. »

Et les FCPE et la PEEP d’assurer qu’elles seront très vigilantes « sur les moyens accordés au ménage également ». « On manque de personnel et à quoi ça sert de bien se laver les mains si les poignées de porte ou les bureaux sont mal nettoyés », poursuit la FCPE. La rectrice a, de son côté, assuré que les 3.200 établissements de Bordeaux, entre autres, étaient prêts pour affronter cette rentrée et que tout manquement pourrait être facilement comblé.

Et de poursuivre avec le signalement des « élèves contacts » devant rester à la maison. Dans ce cas-là, le dispositif de continuité pédagogique sera enclenché. « En moins d’une heure, le programme « ma classe à la maison » pourra être activé par le centre national d’enseignement à distance (Cned) », précise la rectrice. «  Pronote et le Cned, c’est bien, mais tous les enfants n’ont pas accès au numérique, avance la FCPE. Mais c’est un autre débat et heureusement nous n’en sommes pas encore au stade 3 de l’épidémie. »

Santé

Coronavirus : L’Etat limite à 3 euros le prix des 100 ml de gels hydroalcooliques

Société

Coronavirus dans le Haut-Rhin : 81 cas confirmés, une centaine d’établissements scolaires fermés

Combien de cas en Nouvelle-Aquitaine ?

L’ARS a annoncé, ce vendredi, deux nouveaux cas de coronavirus en Nouvelle-Aquitaine, soit une femme de 50 ans à Royan (Charente-Maritime) de retour d’Italie et une femme de 63 ans à Angoulême (Charente) revenant d’un rassemblement évangélique à Mulhouse. Depuis le mois de février, seuls dix cas ont été confirmés dans la région. Sept d’entre eux sont toujours hospitalisés et un habitant d’Agen a souhaité rester chez lui. Enfin, deux personnes sont aujourd’hui guéries. Quant au premier cas confirmé, mercredi, dans les Pyrénées-Atlantiques, c’était une fausse alerte. L’homme de 34 ans a quitté l’hôpital de Bayonne (Pays-Basque) après que les tests complémentaires se sont révélés négatifs.

0 partage