Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : La situation « très complexe » des gens du voyage face au confinement

11.000 personnes font partie de la communauté des gens du voyage en Gironde. — Frederic MARVAUX / AFP

  • Habitués à très souvent bouger, les gens du voyage doivent faire face au confinement comme tous les Français.
  • Une situation difficile à gérer pour la communauté mais aussi pour l’ARS qui a pris des mesures particulières dans la région.
  • Les associations ont aussi renforcé leur dispositif pour répondre à toutes les inquiétudes.

Le confinement est un moment dur à vivre pour tous les Français. Mais pour certains, c’est peut-être encore plus compliqué. Parmi eux, les gens du voyage. Extrêmement mobile en temps normal, la communauté doit faire face comme tout le monde depuis deux semaines aux nouvelles règles de circulation avec un mot d’ordre des autorités : restez chez vous !

« C’est vraiment très difficile à vivre » explique Hélène Beaupère, la directrice de l’AVAD (Association départementale des Amis des Voyageurs de la Gironde). Ces derniers jours, son téléphone ne cesse de sonner, et son association a augmenté ses amplitudes horaires pour répondre au plus grand nombre car « s’il n’y a plus de contact physique aujourd’hui, il faut démultiplier les autres… » : « La situation est très complexe car on a 31 aires d’accueil chez nous mais seulement un quart des personnes y vivent. Beaucoup vivent sur d’autres aires d’habitat ou sur des terrains précaires. Parfois, ils n’ont pas d’eau, d’internet… » Pas évident donc de se tenir au courant de la santé de toute la communauté. Heureusement grâce leurs réseaux et ceux des autorités, les associations réussissent pour l’instant à maintenir un lien.

« Ils sont très dignes et respectueux »

Il est indispensable notamment pour relayer les informations : « On les connaît à peu près tous. On leur parle, on les tient informés de la situation. On répète, répète et répète… Comme tout le monde, ils ont peur de ce virus et sont touchés. Il faut adapter les comportements », rappelle Hélène Beaupère. Toute la communauté est suivie de très près par les services de la préfecture mais surtout l’Agence régionale de santé qui a pointé « une inquiétude » en fin de semaine dernière sur certaines aires.

Les gens du voyage n’échappent pas au Covid-19. Selon la préfète Fabienne Buccio, il y a eu des cas confirmés notamment au Taillan-Médoc et actuellement deux personnes sont hospitalisées. Un moment « encore plus compliqué à vivre pour eux, affirme Hélène Beaupère, car en temps normal toute la famille se rend à l’hôpital quand l’un des leurs ne va pas bien, même si ce n’est pas forcément une bonne chose. C’est un vrai tiraillement pour ces gens. Mais ils sont très dignes et respectueux. » Les autorités veillent de leur côté au respect des règles de confinement par les 11.000 membres de la communauté en Gironde.

Un dispositif spécial de l’ARS

Au niveau médical, l’ARS Nouvelle-Aquitaine a mis en place depuis plusieurs jours, des mesures renforcées d’accompagnement avec la diffusion très large des recommandations sanitaires. Elle a également « dans chaque communauté présente sur leur territoire identifié un ou deux référents » en collaboration avec les associations de terrain.

Quand un cas suspect ou confirmé de Covid-19 est identifié, l’Agence régionale de santé intervient le plus rapidement possible pour éviter la formation d’un « cluster ». Un médecin des autorités sanitaires est dépêché, des masques sont à disposition en cas de besoin et une équipe mobile sanitaire du centre hospitalier ou de la clinique de proximité peut être mobilisée à tout moment. Ce dispositif doit permettre de réduire les inquiétudes.

Mais celles-ci ne sont pas que médicales, la directrice de l’ADAV doit aussi faire face à de très nombreuses questions sur le plan économique : « Il y a beaucoup de petites structures, beaucoup se demandent comment elles vont survivre à cette crise. Quels sont leurs droits ? » Mais pour le moment, « tout le monde va dans le même sens, selon Hélène Beaupère, et c’est le plus important car c’est comme cela qu’on s’en sortira tous ! »

Bordeaux

Coronavirus à Bordeaux : Darwin accueille un centre pour les SDF avec leurs chiens

Bordeaux

Coronavirus à Bordeaux : Pourquoi la préfecture et l’ARS déconseillent de désinfecter les rues

302 partages