Coronavirus : Disney+ refuse de décaler son lancement en France malgré une demande de l’Etat

Le logo de la plateforme Disney+. — Disney+/Disney

Alors que le confinement s’étend à toute l’Europe, Internet ne doit pas lâcher. Thierry Breton, commissaire européen pour le marché intérieur, a appelé ce jeudi les plateformes telles que Netflix à passer « à la définition standard lorsque la HD n’est pas nécessaire ». L’arrêt des écoles et la généralisation du télétravail ont entraîné une augmentation 10 % et 30 % de consommation des données, selon les opérateurs. Une surconsommation liée notamment au streaming.

Face au risque de saturation des réseaux, Netflix, qui mobilise en temps normal 25 % de la bande-passante des opérateurs télécoms, selon l’Arcep, a décidé de réduire la qualité de ses vidéos pendant trente jours.

Disney doit lancer en France sa plateforme de streaming, Disney+ ce mardi. En période de confinement, les Français trépignent d’impatience d’avoir accès au catalogue Disney, composé notamment des classiques d’animation, des films de la saga Star Wars, de l’univers cinématique Marvel, les films d’animation Pixar et de nouveaux contenus comme la série dérivée de Star Wars, The Mandolarian.

Certains internautes ont même appelé Disney à avancer la mise en ligne de son service étant donné les circonstances exceptionnelles. Sur le compte Twitter officiel de Disney+, un message posté a signalé qu’aucune ouverture anticipée du service n’était possible.

Disney+ a confirmé son lancement en France

Selon les informations des Echos, le gouvernement français a sondé Disney pour envisager un report du lancement de sa plateforme Disney+ en France, à la demande des opérateurs télécoms. Mais Disney+ a confirmé son lancement en France. Alors que les cinémas sont fermés dans de nombreux pays, le groupe Disney a en revanche été obligé de fermer ses parcs d’attractions en raison du coronavirus.

Dans un article publié ce lundi sur The Hollywood Reporter, un expert de la bourse estimait que le groupe avait d’ores et déjà perdu « environ 85 milliards de dollars, soit à peu près un tiers de sa capitalisation boursière » en raison de la crise sanitaire. Dans le secteur très concurrentiel du streaming, Disney+ a vite trouvé sa place, avec près de 29 millions d’abonnés quelques mois après son lancement aux Etats-Unis, Canada, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande et Australie. Un report du lancement de la plateforme Disney+ en France, également attendue le 24 mars au Royaume-Uni, en Irlande du Nord, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Suisse et en Autriche, aurait probablement eu des conséquences économiques pour le groupe.

Médias

Apple pourrait chercher à acquérir Disney dans un contexte de chute des actions

People

Coronavirus : Netflix va réduire ses débits pour soulager Internet en Europe

0 partage