Coronavirus : « Difficile de rester enfermés dans l’appart… » Les Parisiens pensent à l’exode

Des embouteillages sur le périphérique parisien (photo d’illustration) — Bertrand GUAY / AFP

  • L’épidémie de coronavirus continue de progresser en France. Selon le dernier bilan communiqué ce dimanche, 5.423 personnes sont contaminées et 127 décédées. Le gouvernement a enclenché le stade 3 de l’épidémie.
  • Emmanuel Macron fera une allocution ce lundi soir à 20 h, quatre jours seulement après avoir annoncé la fermeture des crèches et des écoles.
  • Inquiets d’être confinés chez eux, les Parisiens sont nombreux à vouloir s’exiler, quitte à participer à la propagation de l’épidémie.

Insidieuse, la peur s’est d’abord répandue sur les réseaux sociaux. WhatsApp notamment. C’est Vincent qui a ouvert les vannes en transférant un premier message reçu d’on ne sait où : « Couvre-feu à 18 h. » « Barrages de quartier. » « Armée », pouvait-on y lire. Et cette question : « Quelqu’un peut me confirmer ? » Florian peut-être ? Il attend justement des nouvelles de sa « sœur militaire » mais elle n’a pas encore eu sa « réunion ». Thibaut, lui, ne supporte plus la sienne. Elle l’abreuve de messages émanant de sources aussi diverses qu’un « colonel des pompiers », « le Sénat » ou un « ami médecin »…

La seule certitude, c’est qu’Emmanuel Macron doit s’adresser aux Français, ce lundi à 20 h. Et comme il a déjà annoncé la fermeture des écoles il y a à peine quatre jours, nombreux sont ceux qui craignent un durcissement des mesures de restriction. L’épidémie de coronavirus progresse à grande vitesse. Et les experts prônent le confinement le plus total. « Tu crois qu’il vaut mieux partir maintenant ? » « T’as des infos, toi ? » La crainte se diffuse désormais directement par téléphone, quand le réseau le permet.

Locations Airbnb et maison de vacances…

A quelques heures de la nouvelle allocution du président de la République, les Franciliens sont nombreux à penser à l’exode pour ne pas rester coincés dans la capitale. « Tous mes fils de discussion parlent de ça », témoigne une trentenaire parisienne. Et tant pis si ce comportement contribue à diffuser le virus alors qu’il faut justement le contenir, d’après les experts. « On a 90 m2 et trois chambres. Difficile de rester enfermés dans l’appartement avec les trois enfants », justifie Vincent. Ce directeur administratif et financier n’a pas confirmation de la rumeur qu’il a contribué à propager mais il a commencé à regarder les locations disponibles sur Airbnb. « Ce qui me retient, c’est que les hôpitaux soient engorgés en province… »

Pierre-Henry, lui, ne se pose pas cette question. Il a pensé à la maison de vacances de sa grand-mère en Bretagne. Vide depuis le mois d’août dernier. « Il faut juste qu’on passe récupérer les clés. Ma grand-mère peut nous les jeter depuis sa fenêtre comme cela on ne l’approche pas… » L’ennui, c’est qu’il n’a pas été libéré par son employeur. Ingénieur dans une grande entreprise, il avoue toutefois qu’il a du mal à se concentrer. « De toute façon, si on s’arrête des semaines [en cas de confinement total], il faudra recommencer tout ce qu’on fait actuellement. Ça ne sert à rien de continuer à bosser… »

« On charge la voiture de toute la nourriture qu’on a »

Le travail semble en effet passer au second plan, à l’heure actuelle. Avocat dans un grand cabinet parisien, Jean explique qu’il a réfléchi aussi à rentrer dans sa famille avec sa compagne et leur enfant. « Mais c’est risqué de débarquer chez nos parents de 70 ans en arrivant de Paris… » Olivier Véran, le ministre de la Santé, n’a pas dit autre chose, dimanche soir, en marge de la soirée électorale. Évoquant les sorties en famille auxquelles il a assisté sous le soleil dominical, le ministre a supplié les Français de respecter les « restrictions sociales ».

Le message semble être passé. « Si on part, on charge la voiture de toute la nourriture qu’on a dans les placards et après on s’enferme… », poursuit Pierre-Henry. Quitte, pour cela, à devoir supporter une ultime phase de promiscuité : celle qui ne manquera pas de survenir sur les grands axes routiers peu après les annonces présidentielles.

Paris

Coronavirus : La mairie de Paris annonce la fermeture des parcs et jardins de la capitale

2,1K partages