Coronavirus dans les Hauts-de-France : Accès restreint des Britanniques au tunnel sous la Manche, sauf pour les fêtes

Certains ressortissants britanniques ne peuvent plus utiliser depuis plusieurs jours le tunnel sous la Manche pour transiter par la route par la France afin de rejoindre leur résidence européenne, en vertu des règles de circulation mises en place par la France pour freiner l’épidémie de Covid-19, créant la confusion à la frontière et friction diplomatique. Ce jeudi après-midi, le ministère de l’Intérieur a annoncé assouplir ces règles, le temps des fêtes de fin d’année.

Le blocage concerne les Britanniques officiellement résidents d’un pays de l’Union européenne autre que la France, et qui passent habituellement par la France pour s’y rendre, comme c’est le cas en cette période de retour des fêtes. Ceux qui résident en France, et les passagers des trains Eurostar, ne sont pas concernés.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a indiqué sur son site demander «en urgence des clarifications de la part du gouvernement français», et conseillé à ses ressortissants de se renseigner auprès des transporteurs avant de voyager. De fait, après plusieurs heures de flottement ce mercredi, les opérateurs et notamment Eurotunnel, assailli de questions sur Twitter, ont confirmé l’interdiction.

« Considérés comme des citoyens de pays tiers »… Le Royaume-Uni demande des explications

« A moins qu’ils ne détiennent une résidence française, les citoyens Britanniques sont désormais considérés comme des citoyens de pays tiers et ne peuvent plus transiter par la France par la route pour rejoindre leur pays de résidence dans l’UE », a tweeté ce mercredi Eurotunnel, la filiale du groupe Getlink qui gère le tunnel sous la Manche, évoquant une décision du gouvernement français du 28 décembre.

Idem pour les ferries : « Seuls ceux qui possèdent une résidence en France seront autorisés à entrer en France », a écrit dans un tweet la compagnie P&O Ferries.

Le ministère de l’Intérieur met les choses au clair

Le ministère de l’Intérieur a répondu de son côté qu’il n’y avait pas eu de changements de règles, et qu’il s’agissait de l’application des consignes aux frontières, mises à jour le 18 décembre, et qui imposent désormais un «motif impérieux» pour entrer sur le territoire.

« Les Britanniques, mêmes bénéficiaires de l’accord de retrait, sont des ressortissants de pays tiers, l’accord de retrait leur permettant d’être dispensés (pour l’instant) d’un titre de séjour », a précisé le ministère. « Dès lors, et alors même que l’intitulé de la catégorie est silencieux sur ce point, il semble logique de la lire de manière cohérente avec les autres ressortissants de pays tiers et ne pas permettre le transit vers un autre pays de l’UE. »

Consternation chez les passagers

L’application de ces règles a surpris des passagers britanniques jamais informés de ces restrictions. Plusieurs qui souhaitaient transiter par la France pour, par exemple, la Belgique, ont témoigné sur Twitter de leur incompréhension, voire que l’accès au tunnel leur avait été refusé juste avant l’embarquement.

Elle suscite confusion et désarroi auprès des personnes qui s’apprêtaient à voyager, comme Fiona Navin-Jones : « Je suis complètement perdue, ça n’a pas de sens ! », explique la Britannique, actuellement en Grande-Bretagne et qui devait rentrer jeudi en voiture avec ses enfants, son mari et son chien en Belgique, où elle vit depuis 14 ans. Quelques heures plus tard, la famille s’est tout de même présentée au terminal Eurotunnel, ayant lu que les conjoints de personnes d’une nationalité de l’Union européenne étaient autorisées à transiter par la France.

Une «question de Brexit déguisée avec du Covid»

«Nous avons finalement réussi à passer par la route grâce à la carte de résidence et la composition de ménage (un document belge, ndlr) parce que mon mari est irlandais», a témoigné Fiona Navin-Jones. «On m’a dit que le passage dépendrait de l’agent frontalier dans la cabine, donc je suppose que j’ai eu de la chance».

«Les règles françaises craignent toujours autant», s’est-elle agacée, estimant qu’il s’agit d’une «question de Brexit déguisée avec du Covid».

Un assouplissement de dernière minute «pour les fêtes»

Heureusement pour Fiona, ce jeudi après-midi, la France annonce assouplir les restrictions de voyages «pour les fêtes de fin d’année» pour les Britanniques souhaitant transiter par l’Hexagone pour regagner leur résidence européenne, a indiqué le ministère de l’Intérieur, alors que de nouvelles restrictions françaises liées au Covid-19 suscitent la confusion au Royaume-Uni.

De nombreux ressortissants britanniques se sont rendus «de bonne foi» au Royaume-Uni pour les fêtes de fin d’année et «éprouvent des difficultés à rejoindre leur pays de résidence», selon le ministère qui a décidé d’adresser des «consignes de tolérance» aux effectifs de police aux frontières afin que chacun puisse rejoindre sa résidence.