Coronavirus dans le Haut-Rhin : « Ce ne sont pas des vacances ! », comment les parents s’organisent face aux fermetures des crèches et des établissements

Un établissement fermé à cause du coronavirus, ici en Allemagne (illustration). — John MACDOUGALL / AFP

  • La fermeture des crèches et de tous les établissements scolaires dans le Haut-Rhin (et dans l’Oise) a été décidée vendredi soir par le gouvernement. Dans les deux départements où le coronavirus « circule avec beaucoup d’intensité ».
  • Comment les parents s’adaptent à cette situation ? Nous avons demandé à trois familles dans des cas différents.
  • « Il ne faut pas croire, ce ne sont pas des vacances », assure une maman, qui attend de voir quel suivi pédagogique sera proposé à ses enfants.

Les grilles de toutes les crèches et des établissements scolaires du Haut-Rhin vont rester fermées ce lundi. Au moins pour deux semaines. La décision a été annoncée vendredi soir par le gouvernement, qui a pris les mêmes mesures pour l’ Oise. Soit pour les deux départements où le coronavirus « circule avec beaucoup d’intensité », a justifié le premier ministre Edouard Philippe.

« C’est une bonne chose pour la sécurité de tout le monde », réagit Fanny*. Cette trentenaire est pleinement concernée par les derniers rebondissements autour de l’épidémie en Alsace. Mère de famille, elle est auxiliaire petite enfance dans une crèche de Mulhouse. Et se retrouve donc au repos forcé pour les quinze prochains jours.

« Au moins, je n’ai pas de souci de garde », avoue-t-elle, en pensant à des parents dans des situations moins limpides. C’est le cas de son amie Kyara*, qui travaille dans la téléphonie à Mulhouse et doit gérer sa fille de 8 ans. « Pour moi, ça va aussi, coupe l’intéressée. Mon employeur m’a autorisé à rester chez moi pendant les deux prochaines semaines et gère toutes les démarches pour que je sois rémunérée normalement. Mais c’est plus compliqué pour mon conjoint car on ne peut déclarer qu’un parent sur Ameli.fr (le site de la sécurité sociale). Vu que c’est la semaine de garde de son ex-femme, elle a pris les quinze jours d’affilée. Il ne verra pas sa petite pendant cette période. C’est dur pour lui… »

Pour les enfants aussi. « Il ne faut pas croire, ce ne sont pas des vacances », confirme Sophie*, une autre maman. Ses deux filles n’ont pas forcément accueilli les dernières nouvelles avec joie. « Peut-être parce qu’elles aiment l’école… », s’amuse-t-elle, avant de donner d’autres motifs. Comme les fermetures des piscines ou des bibliothèques à Mulhouse, ou ce presque confinement qu’ils comptent s’imposer. « Pour notre santé et celle des autres. »

« On attend les consignes »

« Ma fille n’était que partiellement contente car elle a compris qu’elle ne verrait pas ses copines ou qu’elle ne pourrait pas aller à ses activités de sport. Toute sa petite vie est un peu suspendue », reprend Kyara, qui s’interroge aussi sur le suivi scolaire de sa progéniture. « La directrice de l’école élémentaire a vite créé un blog pour donner des nouvelles mais pour l’instant, on attend la suite. »

« Le Rectorat a dit qu’on en saurait plus ce lundi », assure Sophie*, qui est professeur dans un collège de l’agglomération mulhousienne. « Peut-être qu’ils vont donner des instructions sur la plateforme habituelle (monbureaunumerique.fr) ou mettre en place des cours par correspondance, peut-être qu’on fera quand même les conseils de classe. Je ne sais pas. On attend les consignes. Pour ma fille de 9 ans, ça risque d’être compliqué car on communique habituellement par cahier… »

« Chez nous, on peut voir les bulletins du petit sur un site internet. Ils ajouteront peut-être un onglet avec des devoirs à faire », s’interroge Fanny*, qui ne compte pas laisser ses garçons sans occupation. Les deux autres mamans ont aussi quelques idées, comme des « révisions ». « J’ai prévu de l’orthographe et un peu de grammaire, on ne va pas perdre deux semaines comme ça, surtout si ça dure », conclut Sophie*.

*Les prénoms ont été modifiés

Société

Coronavirus à Toulouse : Députée confinée, meeting annulé, concerts reportés… Quelles sont les premières conséquences de l’épidémie ?

Santé

Coronavirus EN DIRECT : 900 entreprises ont déposé un dossier de chômage partiel…

16 partages