Coronavirus aux Contamines-Montjoie : Les personnes contaminées n’ont pas développé de forme grave rassurent des médecins

La station des Contamines-Montjoie, le 8 février 2020. — AFP

  • Depuis la nuit de vendredi à samedi, cinq personnes, dont un enfant, contaminées au coronavirus en Haute-Savoie, sont hospitalisées à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne.
  • Aucun de ces patients ne présente de forme grave du virus, selon les Hospices civils de Lyon.
  • Les deux cas confirmés, hospitalisés à Lyon, ne présente aucun symptômes et sont seulement en observation.

Leur état de santé n’inspire pas d’inquiétude. Les cinq Britanniques contaminés au coronavirus aux Contamines-Montjoie, en Haute-Savoie, hospitalisés dans la nuit de vendredi à samedi à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne, ne présentent « pas une forme grave » du virus, ont indiqué ce lundi des spécialistes des Hospices civils de Lyon, lors d’un point presse.

Ces quatre adultes et cet enfant de 10 ans ont été contaminés après avoir séjourné fin janvier dans le même chalet qu’un Britannique infecté, de retour de Singapour. Ce dernier « a été exposé au coronavirus le 24 janvier au cours d’une réunion à Singapour avec un Chinois de la région de Wuhan », a précisé ce lundi Bruno Lina, virologue, responsable du centre national de référence virus des infections respiratoires. L’homme s’est ensuite rendu aux Contamines-Montjoie, dès le 24 janvier, avant de regagner Londres où il a été diagnostiqué la semaine dernière.

Onze personnes hospitalisées

Dès que les autorités sanitaires françaises ont été alertées par leurs homologues britanniques, des mesures ont été prises pour identifier les personnes ayant été en contact avec ce patient lors de son séjour en Haute-Savoie. Au-delà des cinq malades, positifs au coronavirus 2019-nCov, six autres personnes ayant été en contact avec elles ont été placées en quarantaine à l’hôpital par mesure de précaution.

Au total, quatre personnes ont été hospitalisées à Lyon, cinq à Grenoble et deux à Saint-Etienne. A Lyon, les deux patients contaminés, admis au sein de l’unité spécialisée installée en urgence au sein du service des maladies infectieuses de l’hôpital de la Croix-Rousse dès vendredi soir, sont dans un état de santé « parfaitement satisfaisant », a souligné Patrick Deniel, secrétaire général des HCL. « Ils ne présentent pas de symptômes et n’ont pas de fièvre. Leur état de santé ne nécessite pas la mise en route d’un traitement : ils sont en observation », a ajouté Christian Chidiac, chef du service des maladies infectieuses de la Croix-Rousse.

Après l’apparition de ce cluster (regroupement de plusieurs cas) aux Contamines-Montjoie, des dizaines de dépistage ont été réalisées dimanche dans ce village haut savoyard sur des personnes ayant pu être en contact avec les Britanniques infectés. « Tous les dépistages se sont révélés négatifs pour le moment », a souligné Yves Gillet, chef de service adjoint du service d’urgence et de réanimation pédiatrique. Le temps des dépistages, trois écoles fréquentées en Haute-Savoie par l’enfant de CMI infecté ont été fermées.

Trois écoles fermées

Des résultats des tests réalisés dimanche dans son école des Contamines, village où l’écolier réside, sont encore attendus ce lundi, tout comme ceux effectués sur des enfants de Saint-Gervais, où le petit suit des cours de Français. A l’école de Thonons, fermée depuis ce matin et fréquentée par le jeune malade le temps d’une activité, d’autres dépistages sont prévus sur les écoliers.

Pour l’heure, ces cinq nouveaux cas de coronavirus confirmés en France confortent les spécialistes sur ce qu’ils savaient déjà sur le coronavirus. Selon Bruno Lina, « le délai d’incubation du virus est de deux à 11,8 jours et les cas pédiatriques, sur lesquels il y a peu de données issues de Chine pour le moment, semblent moins graves que les adultes ». Et moins fréquents.

Le 15 mobilisé

« Il n’y a pas de chaîne de transmission non contrôlée en France pour le moment et on espère qu’avec tout ce qui est appliqué, cela va durer », a ajouté le professeur Chidiac, dont le service des maladies infectieuses a dû faire face à l’urgence ce week-end. Au Samu de Lyon aussi, l’apparition du virus en Haute-Savoie a mobilisé les équipes. « Nous avons pas mal de gens des Contamines qui ont appelé, assez inquiets. Nous avons 20 à 30 appels par jour pour le coronavirus. Cela peut paraître assez faible mais c’est très chronophage », a souligné le professeur Pierre-Yves Gueugnaud, chef du service du Samu et du Smur.

D’autant qu’en cette période de l’année, les appels au 15 sont très élevés. « Nous sommes en suractivité, indépendamment du coronavirus, car nous sommes en phase de pandémie grippale, avec une hausse de 30 % environ de notre activité », indique Pierre-Yves Gueugnaud.

Économie

Coronavirus : L’épidémie en Chine affecte-t-elle votre entreprise en France ?

Monde

Coronavirus EN DIRECT : Le Président Xi Jinping appelle à mettre en place des « mesures plus fortes et décisives » contre la maladie…

5 partages