Coronavirus à Strasbourg : Pour le port du masque obligatoire, la préfète s’en remet aux maires

Illustration de personnes portant un masque dans la rue. — MASTAR/SIPA

  • Deux Strasbourgeois ont déposé un référé devant le tribunal administratif pour contester l’arrêté préfectoral imposant le port du masque obligatoire dans les communes du Bas-Rhin comptant plus de 10.000 habitants et à partir de 11 ans, jour et nuit.
  • La préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, a fait savoir dans un communiqué qu’elle ne faisait pas appel de cette décision et invite les maires à soumettre leurs propositions afin de réécrire l’arrêté qui en l’état, sera suspendu le 7 septembre.

Pour répondre à l’aggravation de la situation sanitaire dans les zones dense, la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier avait décidé depuis le 29 août de rendre le port du masque obligatoire dans les communes du Bas-Rhin comptant plus de 10.000 habitants et à partir de 11 ans. Jour et nuit.

Un arrêté «surprise» qui avait alors froissé pas mal d’élus qui reprochaient à la préfète un manque de concertation. Quelques jours plus tard, deux Strasbourgeois, des professionnels de santé, avaient déposé un référé devant le tribunal administratif. Ce dernier a rendu sa décision mercredi : la préfète doit revoir son arrêté.

Il devra exclure les communes et « les périodes horaires » qui ne sont pas caractérisées « par une forte densité de population » ou « des circonstances locales susceptibles de favoriser la diffusion » du coronavirus, précise le tribunal. Faute de nouvel arrêté, l’actuel « sera automatiquement suspendu le 7 septembre à 12 heures ». Ces distinctions selon les secteurs et la plage horaire pourraient cependant ne pas être forcément lisibles et compréhensibles de tous, comme cela avait été reproché à Paris il n’y a pas si longtemps…

La préfète a dans la soirée fait savoir qu’elle ne ferait pas appel de cette décision. Bien au contraire, elle compte s’appuyer sur le couple maire-préfet « afin d’arriver à une décision acceptable et acceptée ». Pour cela, la préfète va demander aux maires des 13 communes concernées, « sur la base des indications et préconisations du tribunal qu’elle leur a adressées », à lui faire connaître pour chacune de leur commune les secteurs et périodes « pour lesquels ils considèrent que le port du masque est souhaitable. » Les maires devront « soumettre les propositions qu’ils lui feront à leur conseil municipal », dans un souci de « concertation démocratique ».

Des réponses mais pas avant la date butoir du 7 septembre

Pour Thibaud Philipps, maire d’Illkirch-Graffenstaden, une des 13 communes concernées par l’arrêté « un temps d’échange aurait évité les rebondissements actuels. » Mais ce jeudi, c’est la lisibilité de la mesure depuis la décision du tribunal administratif qui inquiète le maire. Certains de ses concitoyens l’ont déjà questionné pour savoir « qu’elle mesure est en vigueur »… « Jeudi, on ajoutera un point extraordinaire à ce sujet pour que ce soit voté. » Pas sûr donc que l’arrêté préfectoral ne soit pas suspendu le 7 septembre prochain…

A Erstein, le maire Michel Andreu-Sanchez se félicite de cette concertation. « Il y a des rues ou des moments de la journée où des gens sont seuls. Nous sommes une commune relativement rurale. Il sera utile de bien définir les lieux et d’être clair avec la population pour qu’il n’y ait pas de confusion. Cela permettra de bien faire accepter la mesure et de la légitimer. » En revanche, le maire confie aussi que cela ne sera pas voté avant le prochain conseil municipal. Soit du 21 septembre prochain.

Idem à Strasbourg où l’adjoint au maire Alexandre Feltz, médecin, en charge de la santé publique, assure que la ville va faire des propositions. « Nous allons rencontrer la préfecture, les associations, les différents intervenants et mener la réflexion avec un conseil scientifique. Une délibération sera prise lors du conseil municipal du 21 septembre. » En attendant, plus qu’une obligation, l’élu incite les Strasbourgeois à s’habituer à vivre avec l’épidémie. « C’est une nouvelle culture, car cela va durer longtemps. Il faut donc porter des masques quand cela est nécessaire. Le mettre à l’extérieur ne pas va stopper l’épidémie. C’est lors des fêtes, des rassemblements, dans les milieux clos qu’il faut le porter, pas quand on est seul dans la rue ou le matin dans un parc. Cela passe aussi par la prévention, le dépistage, la concertation et pas la coercition.

En attendant, le masque reste obligatoire jusqu’au 7 septembre dans 13 communes bas-rhinoises.

Société

Olivier Véran a-t-il montré « l’exemple à ne pas suivre » sur la manière d’enlever un masque ?

Société

Coronavirus à Bordeaux : « On ne sait pas comment le virus va réagir à la chute drastique des températures »

79 partages