Coronavirus à Paris : « Depuis trois jours, le nombre d’interventions s’est stabilisé », assure le porte-parole des pompiers

Les pompiers de Paris sont de plus en plus sollicités sur la pandémie de Covid-19 — BSPP

Il y a un an, ils étaient à pied d’œuvre pour sauver des flammes Notre-Dame de Paris. Désormais, c’est contre un ennemi beaucoup plus insaisissable qu’ils luttent. Alors que la région Ile-de-France est la plus touchée par le coronavirus, la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est de plus en plus sollicitée. Comment font-ils face à cette « vague », comment s’y sont-ils préparés ? Interview avec le lieutenant-colonel Gabriel Plus, leur porte-parole.

L’Ile-de-France est en situation épidémique depuis maintenant deux semaines. Comment faites-vous face à la fameuse « vague » ?

Depuis le 1er février, nous avons effectué environ 6.500 interventions liées au Covid-19. Cela a augmenté progressivement. Avant le confinement, on tournait en moyenne à 40 ou 50 interventions quotidiennes mais ces quinze derniers jours, on était autour de 400-450, avec de nombreuses insuffisances respiratoires. On a même eu un pic à 500 ce week-end. Depuis trois jours, néanmoins, le nombre d’interventions s’est stabilisé, autour de 300 ou 400 par jour. Sur les 6.000-7.000 appels quotidiens, 2.500 sont liés au virus.

En quoi consistent ces interventions ?

Cela peut aller d’une simple vérification des symptômes et dans la moitié des cas, la personne reste à son domicile, à des interventions où nous devons intuber la personne de toute urgence le temps de trouver une place dans un service de réanimation. Et ces derniers temps, avec la saturation des hôpitaux, cela a parfois pris une ou deux heures.

Les interventions « Covid » constituent-elles désormais l’essentiel de vos interventions ?

Non, elles restent minoritaires, cela représente plutôt un gros tiers de notre activité. En temps normal, nous effectuons environ 1.400 interventions quotidiennes. Depuis le confinement, nous sommes plutôt autour d’un millier [hors intervention pour des cas de Covid-19] car il y a beaucoup moins d’accidents de la route ou liés au sport. Mais rester chez soi n’empêche pas les infarctus ou les arrêts cardiaques. De même, nous sommes toujours mobilisés sur les incendies. Rien qu’hier, il y en a eu deux, dont un dans une maison de retraite.

Étiez-vous préparés à une telle crise sanitaire ?

Au tout début, comme beaucoup je pense, nous avons cru à une grosse grippe. C’est à partir de mi-janvier que nous avons commencé à comprendre l’ampleur et la gravité de ce nouveau coronavirus. Nous avons déjà été confrontés à des crises sanitaires, au moment du Sras ou du H1N1 mais cette fois-ci, c’est très différent puisqu’il n’y a pas de vaccin. Néanmoins, ce retour d’expérience nous a permis de nous préparer, on a anticipé les stocks de masques, lunettes, surblouses et de produits désinfectant. Nous avons 200.000 masques FFP2 et nous en utilisons environ 35.000 chaque semaine. Nous pouvons tenir jusqu’à la fin du mois environ.

Vous êtes régulièrement amenés à intervenir lors de situation de crise. En quoi cette épidémie est-elle différente ?

Lorsque nous intervenons sur les attentats ou même sur l’incendie de Notre-Dame, nous savons à quoi nous attendre. La situation et le contexte sont exceptionnels, mais ce à quoi nous devons faire face – le feu, les blessures – est palpable et nous sommes préparés pour cela. Là, c’est différent, on ne voit pas le virus, il y a le stress de l’attraper, de contaminer nos proches. Avant chaque intervention, on s’habille entièrement puis on doit tout désinfecter. On a l’impression de combattre un ennemi invisible. Et puis on ne sait pas combien de temps ça va durer.

Des pompiers de la brigade sont-ils contaminés ?

On a une trentaine de cas avérés sur les 8.500 pompiers de la brigade. Trois d’entre eux ont dû être hospitalisés en réanimation, mais sont désormais sortis et pour l’heure – espérons que ça dure – il n’y a plus de cas graves. Mais nous devons composer avec la promiscuité des casernes. Toutes les personnes contaminées sont bien évidemment isolées et leurs proches et leurs collègues sont testés et sont, si besoin mis en quarantaine.

Santé

VIDEO. Coronavirus : Une trentaine de soignants de PACA transportés en renfort vers l’Ile-de-France

Société

Coronavirus dans la Manche : Sans bureau de poste accessible, des familles se retrouvent en difficulté financière

352 partages