Coronavirus à Nice : Maire, préfet et procureur lancent un « cri d’alarme » face au « relâchement » dans le respect du confinement

Un policer effectue un contrôle sur la promenade des Anglais, à Nice, dans le cadre du confinement ordonné dans le cadre de la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus — SYSPEO/SIPA

  • Le préfet des Alpes-Maritimes, le maire et le procureur de la République de Nice ont pris la parole ensemble ce lundi matin pour dénoncer un relâchement dans le respect du confinement.
  • « Certains ont développé de véritables stratégies du contournement », indique le représentant de l’Etat.
  • La ville a décidé de durcir le ton en instaurant de nouvelles mesures restrictives.

« Nous avons eu 30 % de verbalisations en plus samedi et dimanche ». Le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez a pris la parole « avec gravité » ce lundi, lors d’une visioconférence de presse en compagnie du maire Chistian Estrosi et du procureur de la République de Nice Xavier Bonhomme, pour pousser un « cri d’alarme ». Il a dénoncé à un « véritable relâchement » dans le respect du confinement organisé pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

La mairie de Nice a d’ailleurs annoncé un nouveau renforcement de ses mesures face à ces comportements « qui mettent en danger ceux qui en sont responsables mais aussi les autres », a regretté Christian Estrosi. Des débordements qui ne sont pas venus de vacanciers, qui ont respecté les règles et ne sont pas venus sur la Côte d’Azur, mais de « notre population locale, la météo très printanière aidant », a souligné Bernard Gonzalez.

« De véritables stratégies du contournement »

Le représentant de l’Etat a précisé avoir observé se multiplier « les cas de personnes qui sont arrivées au bout des quatre verbalisations », ce qui déclenche la constitution d’un délit et un passage devant le tribunal correctionnel. « Certains ont développé de véritables stratégies du contournement. On a vu des familles entières se lancer dans un jeu de cache-cache avec nos forces de sécurité, a-t-il expliqué. Pour participer à des pique-niques dans les rochers ou encore pour faire des sorties en montagne. »

Quatre personnes ont demandé un délai avant d’être jugées et certaines sont actuellement en détention. « Et trois à quatre autres individus doivent passer en comparution immédiate ce lundi après-midi pour les mêmes faits », a précisé Xavier Bonhomme. Ils encourent jusqu’à six mois d’emprisonnement et 3.700 euros d’amende.

« Ce qui est également préoccupant, c’est que l’on voit de plus en plus de contrôles qui se passent mal, avance aussi le procureur. Avec des personnes qui se rebellent et qui exercent parfois des violences contre des policiers qui ne font que leur travail. Il y aura des défèrements systématiques dans ces cas de figure là. »

Couvre-feu à 20 h et sport interdit à certains horaires

Des débordements qui ont poussé la mairie de Nice à prendre de nouvelles mesures restrictives. « Il va y avoir un durcissement des règles pour éviter les regroupements que nous avons identifiés plus nombreux dans certaines zones de la ville », a annoncé le maire. Le couvre-feu, fixé à 22 h, va entrer en action dès 20 h, dans les quartiers Notre-Dame, Trachel et Saint-Charles notamment, a dit l’élu.

Et Christian Estrosi a également décidé de durcir le ton face « aux sportifs en baskets Prada qui se servent de ça pour essayer d’abuser de la situation ». Un autre arrêté viendra interdire la pratique du sport en dehors de deux créneaux horaires, entre 6 h et 12 h et de 18 h à 20 h, « des moments où on n’est pas tenté de prendre le soleil », dit-il.

Nice

La ville promet qu’elle va fournir «un masque réutilisable et lavable» à tous les habitants

Justice

Au palais de justice de Nice, la crise du coronavirus « plombe » une situation « déjà catastrophique » selon le procureur

30 partages