Coronavirus à Lyon : Comment obtenir des produits locaux maintenant que les marchés sont fermés?

Depuis la fermeture des marchés alimentaires, des drive et des plateformes numériques sont mises en place à Lyon pour faciliter les échanges entre consommateurs et producteurs locaux. — Alexandre GELEBART/REA

  • Aucune dérogation préfectorale n’a été accordée à Lyon pour les marchés alimentaires, désormais suspendus jusqu’à nouvel ordre.
  • La ville de Lyon et la métropole vont mettre en place cette semaine des plateformes numériques pour faciliter les commandes entre les producteurs locaux et les consommateurs.
  • La mairie du 2e arrondissement a testé un drive dont le succès a été fulgurant.
     

Ils étaient en quelque sorte le dernier prétexte pour maintenir des liens extérieurs, au-delà d’acheter des produits de qualité. Depuis la fermeture des marchés alimentaires de Lyon, de nombreux consommateurs s’interrogent sur la façon de remplir leurs frigos tout en évitant d’aller dans les grandes surfaces, dont les rayons dévalisés peinent à se remplir. D’autant qu’à Lyon, pas d’exception. Aucune dérogation préfectorale n’a été accordée pour les marchés locaux.

Face à ce casse-tête, des solutions émergent pourtant. En fin de semaine dernière, la mairie du 2e arrondissement a mis en place, à titre expérimental, un système de drive destiné aux habitants de la presqu’île pour ne pas les inciter à multiplier les longs déplacements. Histoire également d’aider les producteurs locaux, qui s’installaient chaque semaine place Carnot, à écouler leurs stocks.

Eviter les perditions

« C’est une façon de garantir des produits frais aux acheteurs et d’éviter les perditions », explique-t-on du côté de la mairie d’arrondissement. Une plateforme de réservations en ligne a été ouverte jeudi dernier. « Le vendredi à 10h, on a été obligé d’arrêter les commandes. On en avait reçu plus de 350 en moins de 24 heures. Les producteurs ne pouvaient pas aller au-delà », révèle la mairie.

Mercredi, les bénéficiaires seront invités à se rendre en mairie sans pour autant y entrer. Les paniers, entreposés dans l’une des salles municipales, leur seront remis une fois qu’ils auront payé en monnaie et glissé l’argent dans une urne. Avec l’obligation de faire l’appoint. « On avait encore 220 personnes sur liste d’attente. Le succès a été fulgurant », observe la mairie qui envisage de renouveler l’opération le 9 avril.

A la mairie centrale, des solutions sont actuellement à l’étude. La date n’a pas encore été arrêtée mais cette semaine, la ville de Lyon va ouvrir également une plateforme de mise en relation « entre les producteurs qui souhaitent proposer leurs produits frais et les acheteurs ». Les livraisons de panier seront ensuite effectuées de plusieurs façons : « dans les Points Relais chez les commerçants encore ouverts ou dans d’autres sites proposés par les mairies d’arrondissement », explique-t-elle.

Des partenariats avec La Poste et la Croix-Rouge

Une attention toute particulière sera par ailleurs portée aux personnes fragiles et isolées, dans un premier temps, puis à tous les seniors. Les Halles de la Martinière, situées dans le 1er arrondissement, sont chargées de leur confectionner des paniers de produits frais (fruits, légumes, laitages, œufs, féculents), distribués ensuite en partenariat avec la Poste.

Dans les tout prochains jours également, la métropole de Lyon, qui recense 350 exploitants agricoles sur son territoire, va mettre en place un système similaire de plateforme. « On travaille encore avec la chambre d’agriculture, les producteurs et nos partenaires pour trouver des lieux de remise de commandes. Cela pourra se faire notamment dans des épiceries ou sur des parkings dans le respect des règles sanitaires », indique-t-on. Et d’ajouter : « On cherche également d’autres débouchés rapides en lien avec la Croix-Rouge pour qu’elle puisse s’approvisionner en direct chez les producteurs et livrer ensuite les personnes qui ne peuvent se déplacer ». Autre idée qui devrait voir le jour : demander à la grande distribution d’acheter les productions des agriculteurs locaux qui le souhaitent.

Des bons plans sur les réseaux sociaux

Les consommateurs n’ont toutefois pas attendu pour s’organiser et mettre en place un système B. Sur les réseaux sociaux, les bons plans s’échangent à coups de clics. C’est notamment le cas sur le groupe Facebook Les Marchés Solidaires 69 recensant les bonnes adresses de chacun ou les offres du moment. Lancé la semaine dernière, le groupe compte déjà plus de 5.000 membres, à la fois des producteurs et des amateurs de produits locaux.

Bordeaux

Coronavirus à Bordeaux : « Les consommateurs sont en train de se rendre compte que ce sont les agriculteurs qui les nourrissent »

Lyon

Coronavirus à Lyon : Plus de marchés alimentaires depuis ce mercredi, les Halles en service partiel

5 partages