Coronavirus : A l’heure du confinement, comment lutter contre les violences conjugales ?

Violences conjugales — 20 Minutes

Ce sont des chiffres qui inquiètent. Depuis le début du confinement, le 17 mars, le nombre d’interventions des forces de l’ordre pour des violences intrafamiliales a augmenté de 32 % en zone gendarmerie et de 36 % en zone de la préfecture de police de Paris.

Cinq jours seulement après le début du confinement, s’est produit le premier féminicide. Une femme de 81 ans a été tuée par son mari, dans le Lot-et-Garonne. Un homicide passé presque inaperçu au milieu des milliers de morts du Covid-19. Alors, les associations de victimes et de défense des droits des femmes sont montées au créneau. Et ont appelé le gouvernement à mettre en place un plan d’urgence pour éviter que d’autres femmes ne subissent le même sort.

Une alerte par code secret ou SMS

Résultat : la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a annoncé, dimanche, la mise en place, dès le lendemain, de «points d’accompagnements» dans les centres commerciaux. Un dispositif qui vient s’ajouter à celui, déjà en place depuis quelques jours, permettant aux victimes de donner l’alerte dans les pharmacies grâce à un code secret, « masque 19 ».

Enfin, un système d’alerte par SMS a été mis en place ce mercredi 1er avril. Les victimes de violences conjugales peuvent désormais alerter les forces de l’ordre ou le SAMU et les pompiers en envoyant un SMS au 114. Un système permettant de renforcer  le numéro d’écoute 3919 « Violences Femmes info », en place depuis 2014.

Société

Confinement : « Si vous avez le moindre doute concernant la maltraitance d’un enfant, alertez ! »

Société

Charente : Il tue sa compagne devant leurs deux filles et se suicide

0 partage