Coronavirus à bord du « Charles de Gaulle » : Deux enquêtes ouvertes et 668 marins positifs

Le Charles de Gaulle lors de son arrivée à Toulon le dimanche 12 avril. — AFP

  • 668 marins du porte-avions « Charles de Gaulle » ont été testés positifs au Covid-19 et environ 30 % des 1.700 tests doivent encore livrer leurs résultats.
  • Christine Ribbe, porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée a annoncé l’ouverture de deux enquêtes pour comprendre comment les marins ont été contaminés.
  • L’Armée s’efforce d’organiser au mieux le confinement des 1.767 marins placés en quarantaine après trois mois de missions en mer.

Un nouveau foyer épidémique sur le Charles de Gaulle ? Rentré d’urgence de sa mission en Atlantique à cause de la suspicion d’une cinquantaine de cas de Covid-19, le porte-avions Charles de Gaulle a accosté dimanche à 15 h à Toulon ( Var), son port d’attache. Depuis tous les marins ont été testés, et 668 sont positifs, alors que d’autres résultats sont encore attendus ce jeudi. 20 Minutes fait le point.

1.767 marins testés, 668 positifs, une personne en réanimation

Alors que la décision a été prise de rentrer à Toulon, une cinquantaine de cas de Covid-19 étaient suspectés sur le Charles de Gaulle. Une fois débarqués, les 1.767 marins ont été dépistés, et le nombre de positifs est en réalité bien supérieur « Parmi les marins testés nous avons 668 cas positifs et nous attendons encore les résultats pour environ 30 % des tests. Les marins seront informés personnellement au cours de la journée [ce jeudi], et nous actualiserons ces chiffres. Parmi les personnes positives, 20 sont hospitalisées, dont une personne en réanimation », a déclaré Christine Ribbe, porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée lors d’un point presse à Toulon.

Les marins confinés dans plusieurs sites

Une fois l’accostage terminé dimanche, la Marine s’est empressée de répartir les plus de 1.700 marins dans différents sites de l’Armée pour les placer en quarantaine. « L’objectif a été de protéger les marins, leurs familles, et les Français. Les transferts vers les sites dédiés ont été réalisés en moins de 24h », précise Christine Ribbe. Ces dispositifs seront réajustés en fonction des connaissances qui évoluent et des moyens dont l’Armée dispose. « Tout est fait pour que la prise en charge soit la plus efficace possible, on apprend au fur et à mesure comme tout le monde mais nous restons dans une dynamique positive. Les militaires sont confinés sur différents sites et nous opérerons des manœuvres en fonction des résultats des tests d’aujourd’hui [ce jeudi] afin de séparer les positifs des négatifs vers des sites militaires et d’autres sous tutelle de l’Armée. Nous restons vigilants pour l’absence de contacts », a détaillé Christine Ribbe.

Une dizaine de médecins et d’infirmiers sont à leurs chevets. La médiathèque d’Hyères a par exemple été mise à disposition des marins, qui après trois mois de missions, espéraient retrouver leurs familles. « Tout n’est pas parfait, mais nous appelons les militaires à nous faire remonter leurs inquiétudes pour nous réorganiser », a-t-elle souhaité.

Deux enquêtes ouvertes

Comment les marins du Charles de Gaulle ont-ils pu être contaminés ? C’est la grande question que tout le monde se pose, alors que le porte-avions a fait une escale à Brest entre les 13 et 16 mars, juste avant la mise en place du confinement en France. « Deux enquêtes ont été ouvertes, une première épidémiologique par les services de santé de l’Armée. Et une seconde ouverte par le Chef d’Etat-Major de la Marine sur les faits, pour comprendre ce qu’il s’est passé en toute sérénité », a annoncé Christine Ribbe. L’armée aurait-elle sous évaluée la situation à bord du Charles de Gaulle ? C’est en tout cas ce que dénoncent plusieurs marins dans les médias. « Nous n’avons pas encore d’éléments pour le dire, ce sont les enquêtes qui le diront à froid, avec du recul, et avec tous les éléments. Nous devons faire preuve de sang-froid et ne pas céder à la panique, mais nous souhaitons tous savoir ce qu’il s’est passé », a-t-elle rétorqué.

Société

Coronavirus à Marseille : Les cantines scolaires vont préparer 5.000 repas par jour pour les plus démunis

Santé

VIDEO. Coronavirus à Marseille : Le directeur de l’ARS recadre Didier Raoult qui annonce la disparition de l’épidémie dans la métropole

6 partages