Coronavirus : 96 % des 18.000 malades enregistrés mardi n’étaient pas vaccinés ? Le raccourci de Jean Castex

Avec 18.000 cas de Covid-19 en 24h enregistrés mardi, la France est en pleine « flambée épidémique », a alerté 
Jean Castex mercredi. Invité à s’exprimer sur la situation sanitaire dans l’Hexagone au 13 Heures de TF1, le Premier ministre a à nouveau souligné la dangerosité du variant Delta, et fait la promotion de la campagne de vaccination, qu’il a défendue en arguant que « 96 % de ces 18.000 cas » n’avaient pas reçu d’injection.

Une statistique très parlante, qui n’est pas tirée des données de Santé Publique France mais d’une étude menée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) entre le 28 juin et le 4 juillet dernier. Déjà mentionnée par le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 15 juillet dernier, cette étude ne concerne donc pas les 18.000 cas journaliers évoqués par le premier ministre.

Une première approximation qui n’a pas empêché le chef du gouvernement de réitérer cet argument quelques heures plus tard devant les sénateurs, comme l’a rapporté France Info. « 96 % des personnes contaminées ces derniers jours » – et non plus mardi – n’étaient pas vaccinées, déclarait-il. On fait le point.

FAKE OFF

Que dit vraiment l’étude de la Drees ? Cette dernière a établi que, parmi les cas positifs au Covid-19 recensés entre le 28 juin et le 4 juillet, 96 % des cas asymptomatiques n’étaient pas pleinement vaccinés. Ce chiffre ne concerne donc pas l’ensemble des nouveaux cas positifs, alors que « près d’un quart des infections par le Sars-CoV-2 restent asymptomatiques », estime Santé publique France.

Dans le détail, 9 % des personnes testées positives et ne présentant pas de symptômes avaient reçu leur première dose depuis plus de quatorze jours ou leur deuxième dose depuis moins de 7 jours, 4 % avaient reçu leur première injection récemment, et 83 % n’étaient pas vaccinés.

L’imprécision du Premier ministre est d’autant plus problématique que la vaccination a progressé depuis trois semaines et, surtout, que le nombre de cas positifs a explosé depuis, passant d’environ 2.500 au 4 juillet, à déjà plus de 21.000 le 22 juillet. Il est également bon de préciser qu’une partie des 96 % avaient déjà reçu au moins une dose de vaccin, contrairement à ce qu’a pu affirmer Jean Castex.

Des indicateurs délicats à interpréter

En outre, ces statistiques restent à interpréter avec précaution. La Drees rappelle d’ailleurs les personnes non vaccinées parmi les personnes se faisant tester sont « surreprésentées ». Il faut également rappeler que plus la couverture vaccinale est importante, plus la part de personnes vaccinées parmi les cas positifs, les hospitalisations, ou encore les décès, le sera également, aucun vaccin n’étant efficace à 100 %.