Coronavirus : 130.000 rapatriés de l’étranger depuis le 16 mars

Emmanuel Macron, le 19 mars 2020 à l’Elysée. — Ludovic MARIN / POOL / AFP

Emmanuel Macron s’est rendu au centre de crise du ministère des Affaires étrangères, ce vendredi, pour faire le point sur les opérations de rapatriement des Français bloqués à l’étranger, en raison de l’épidémie de coronavirus.

Le chef de l’Etat a d’abord pris la parole pour « remercier ses agents mobilisés dans la gestion de la crise et faire un point de situation sur le rapatriement des Français de passage à l’étranger », a indiqué l’Elysée.

Des opérations « très compliquées »

Il est accompagné du chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian et du secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne dans la salle de « réponse téléphonique », où sont pris les appels des Français souhaitant rentrer de l’étranger. Il devait ensuite échanger, par visioconférence, avec les ambassades ou consulats à Pékin et Wuhan, en Chine, et Rabat au Maroc.

Plus de 130.000 Français ont été rapatriés depuis le 16 mars. Les opérations de rapatriement sont « très compliquées » et représentent « un travail acharné », a récemment expliqué Jean-Yves Le Drian, en se décrivant comme « ministre des Affaires étrangères et logisticien ».

Des rapatriements coordonnés avec d’autres pays européens

Nombre de pays touristiques, du Maroc au Pérou en passant par la République Dominicaine, ont brutalement fermé en mars leurs frontières ou suspendu leurs vols à destination de l’Europe, bloquant de nombreux étrangers sur place. Certaines opérations de rapatriement sont coordonnées avec d’autres pays européens afin de ramener le maximum de personnes au plus vite.

Depuis le début de la crise sanitaire, Emmanuel Macron a multiplié les déplacements pour se montrer sur le terrain face aux acteurs qui luttent contre l’épidémie. Il s’est rendu à l’institut Pasteur auprès des chercheurs, dans un hôtel réquisitionné pour les SDF, a visité la semaine dernière l’hôpital de campagne​ installé près de Mulhouse et mardi une usine de masques en périphérie d’Angers.

Société

Coronavirus : « Je ne peux pas rentrer à moins de vendre un rein », des centaines d’étudiants français bloqués à l’étranger

Société

Coronavirus : « La question qui prédomine c’est quand et comment allons-nous pouvoir rentrer en France »

447 partages