COP27 : L’humanité doit choisir entre « solidarité » et « suicide collectif », lance le chef de l’ONU

Des métaphores explicites pour faire prendre conscience de l’importance du sujet aux dirigeants mondiaux. Face au réchauffement et à ses impacts qui s’accélèrent, l’humanité doit « coopérer ou périr », a prévenu ce lundi le secrétaire général de l’ONU à la COP27, donnant un choix au monde, « la solidarité » ou « un suicide collectif ».

« L’humanité a un choix : coopérer ou périr. C’est soit un Pacte de solidarité climatique soit un Pacte de suicide collectif », a déclaré Antonio Guterres à l’ouverture du sommet sur le climat à Charm el-Cheikh, en Egypte.

Dans un monde profondément divisé, il a répété son appel à la création d’un « pacte historique entre les économies développées et en développement, un Pacte de solidarité collective ».

« Nous sommes sur l’autoroute vers l’enfer climatique »

Le dirigeant onusien a enchaîné les comparaisons. « Nous sommes sur l’autoroute vers l’enfer climatique avec le pied toujours sur l’accélérateur », a-t-il lancé, paraphrasant le groupe de hard rock australien AC/DC.

Si les autres crises passeront, le climat est « la question déterminante de notre temps », qu’il serait « inacceptable, scandaleux et autodestructeur » de reléguer « au second plan », a martelé Antonio Guterres.