Coopérations Algérie-France : concordance sur les moyens de les renforcer

Aujourd’hui, le mercredi 25 janvier, ont débuté les travaux de la 9e session des consultations politiques algéro-françaises à Alger, en présence des secrétaires généraux des ministères des Affaires étrangères algérien et français.

Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, ces travaux ont fait ressortir une concordance de vues sur les voies et moyens de rehausser le niveau de la coopération entre les deux pays.

Cette 9e session des consultations politiques algéro-françaises a eu lieu sous la coprésidence du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Amar Belani, et de son homologue du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Anne Marie Descôtes.

La concordance sur les moyens de rehausser le niveau de la coopération algéro-française

« Ces consultations politiques, qui se sont appuyées pour la première fois sur des réunions exploratoires entre les hauts fonctionnaires des différents départements ministériels des deux parties, ont fait ressortir une concordance de vues, sur les voies et moyens de rehausser le niveau de la coopération, consolider le cadre juridique bilatéral et concevoir de nouveaux mécanismes bilatéraux de coopération dans les différents domaines d’activité », peut-on lire dans le communiqué.

Ce même communiqué ajoute que : « Cette session, qui s’est tenue dans une atmosphère chaleureuse empreinte de confiance et de franchise, s’inscrit dans le cadre de la redynamisation des différents mécanismes de coopération bilatérale, conformément à la Déclaration d’Alger pour un partenariat renouvelé ainsi que les conclusions de la sixième session du Comité intergouvernemental de haut niveau, tenue à Alger en octobre 2022 ».

Les travaux de cette session s’inscrivent dans un contexte particulier marqué par la préparation de la prochaine visite, en France, qu’effectuera, en mai prochain le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, visite qui sera précédée par la tenue, dans les semaines à venir, du Comité mixte économique algéro-français (COMEFA).

De plus, ils ont abordé « l’ensemble des dimensions de la relation bilatérale, en particulier la dimension humaine, avec un accent particulier sur les questions relatives à la mémoire et à la circulation des personnes, qui constituent de véritables marqueurs de cette relation ».

Qu’en est-il de la question mémorielle ?

En outre, conformément au cap qu’avait fixé les chefs d’Etat des deux pays, les deux parties ont convenu de traiter la question mémorielle dans le cadre d’une lecture objective et de vérité.

La partie française s’est engagée à ce titre à « accélérer le processus de restitution des archives et du traitement de la question des sites d’essais nucléaires qu’il convient de réhabiliter, concourant ainsi à appréhender l’avenir dans un climat d’apaisement et de respect mutuel ».

Les deux parties ont également abordé « les questions d’actualité d’ordre régional et international d’intérêt commun dans leur voisinage immédiat (Sahara occidental, Sahel, Libye, conflit russo-ukrainien ».