« Complément d’enquête » : l’enquête sur les influenceurs de France 2 s’impose en seconde partie de soirée et fait réagir les internautes

D’abord programmé le jeudi 8 septembre, le magazine d’investigation Complément d’enquête, diffusé sur France 2, a été reprogrammé ce dimanche 11 septembre à 22h35. Consacré au business des influenceurs, ce numéro inédit était la cible de menaces d’avocats d’influenceurs apparaissant dans le reportage, comme l’a révélé Puremédias.

En tête en seconde partie de soirée

En choisissant cet horaire de diffusion, le service public s’est protégé d’une contre-offensive juridique et médiatique, intentée par certains intervenants mais est aussi parvenu à s’offrir une belle audience, en tête sur la seconde partie de soirée.

Ce sont 975 000 téléspectateurs et téléspectatrices qui ont été réunis devant la Deux. En seconde position sur cette tranche horaire, on retrouve le magazine Enquête exclusive, diffusé par M6.

Un score en baisse par rapport au numéro de rentrée du programme qui avait atteint 1,27 million de téléspectateurs le 1er septembre avec pour thématique « Inflation : les coups bas des hypers ».

Promotion de sites douteux

Mais le programme qui dévoilait les coulisses des placements de produits de stars de la téléréalité a aussi massivement fait réagir sur les réseaux sociaux. Plus de 140 000 tweets sur le sujet ont été recensés au lendemain de la diffusion, faisant se hisser la mention #Complementdenquete en tête des tendances Twitter en France.

Au cœur de ce numéro de Complément d’enquête, les pratiques douteuses d’influenceurs tels que la star de la téléréalité Milla Jasmine ou encore le couple de Tiktokeurs Nina et Alex, qui profitent de leur audience sur les réseaux sociaux pour promouvoir des sites vendant parfois des produits contrefaits et issus de dropshipping.

Magali Berdah confrontée

Tout au long du reportage, ils et elles ont été confrontés à leurs placements de produits. Un autre volet de l’enquête était consacré aux agressions sexuelles Ils ont aussi révélé leur salaire.

Une séquence d’interview diffusée après le reportage et menée par le journaliste Tristan Waleckx a particulièrement fait réagir. On y voit la patronne de l’agence d’influenceurs Shauna Events, Magali Berdah, se justifier de ses pratiques et de celles de certains de ses clients. Elle tente notamment de se défendre de ne pas porter une montre connectée dont elle fait la promotion à cause d’une « tendinite au bras ».